Accueil ASSEMBLÉE NATIONALE La réponse du Premier ministre au député Philippe Gomès : « Sur le nickel comme sur les questions politiques, l’État sera au rendez-vous »

La réponse du Premier ministre au député Philippe Gomès : « Sur le nickel comme sur les questions politiques, l’État sera au rendez-vous »

entete

( 6 avril 2016 ) A l’occasion de la séance des questions au gouvernement, j’ai interpellé ce jour le Premier Ministre, Manuel Valls, dans le cadre de sa venue en Nouvelle-Calédonie le 29 avril prochain. J’ai appelé son attention sur deux sujets majeurs pour notre pays :
– La préparation de la sortie de l’accord de Nouméa : conformément aux conclusions du comité des signataires, il nous appartient -indépendantistes et non indépendantistes- « d’identifier nos convergences pour l’avenir (…) de façon à ce qu’elles soient au rendez-vous le lendemain du referendum sur l’indépendance, et ce, quel que soit son résultat » ainsi que « nos divergences qui correspondent à des convictions profondément ancrées ».

– J’ai également insisté sur la crise du nickel qui frappe durement nos entreprises et plonge « 20 000 familles calédoniennes dans l’inquiétude car elles vivent aujourd’hui de cette industrie ». J’ai rappelé l’attente qui est la nôtre à l’égard du gouvernement pour la SLN qui a besoin d’une aide financière à court terme pour traverser la crise, mais aussi du soutien de l’État pour réaliser la centrale électrique.

J’ai conclu en lui demandant si, lors de sa visite, l’État entendait s’engager de manière « forte et concrète » auprès des calédoniens pour les accompagner sur leur chemin politique et économique.

Dans sa réponse, le Premier ministre a indiqué que « la Nouvelle-Calédonie est à un moment décisif de son histoire » et qu’il « était parfaitement conscient des attentes des calédoniens ». Sur le referendum de 2018, il a souligné que « l’État était pleinement mobilisé pour que son résultat soit incontestable » et a incité « les différents partenaires à ne pas attendre le dernier moment pour préparer l’avenir institutionnel » (…) « à se hisser à la hauteur des enjeux (…) » et à ne pas céder aux « polémiques médiatiques ».

S’agissant du nickel le Premier ministre a indiqué que « la crise place la Nouvelle-Calédonie dans une grande fragilité » (…) « Que tous les acteurs doivent soutenir les opérateurs » (…) et que « L’État respectera ses engagements ».

En conclusion, le Premier ministre a réaffirmé que « sur le nickel, comme sur les questions politiques, l’État sera au rendez-vous ».

À voir aussi :

Pour l’honneur d’une femme

( 22 novembre 2017 ) Harold Martin condamné à 3.400.000 XPF de dommages et intérêts pour d…