Accueil Institutions Aucun favoritisme pour le concert de Johnny

Aucun favoritisme pour le concert de Johnny

concert

( 23 mars 2016 ) Contrairement à ce qui est stipulé dans une pétition demandant l’annulation du concert de Johnny Hallyday, le 30 avril prochain au stade Numa-Daly, aucun traitement de faveur n’est accordé à la star du rock français par le gouvernement.

Fabrice Virayie (alias Flamengo), membre du collectif à l’initiative de cette pétition, affirme que ce concert a obtenu l’autorisation de se dérouler sur ce site, alors qu’elle aurait systématiquement été refusée pour des événements organisés par sa société. « Nous avons opposé un seul refus à Flamengo, l’an dernier, lorsqu’il a sollicité l’utilisation du vélodrome (et non du stade Numa-Daly, NDLR) pour un concert de soutien aux victimes du cyclone Pam au Vanuatu », clarifie Pierre Forest, directeur de la Jeunesse et des Sports. « Il y avait deux raisons à cela : le mauvais état des tribunes du vélodrome, interdites au public depuis plusieurs années ; et le déroulement de deux matches de Super Ligue de football au stade Numa-Daly, infrastructure se trouvant dans le même périmètre. Or il n’est pas possible d’organiser deux grands rassemblements dans la même demi-journée sur le même secteur », précise M. Forest.
Le stade fermé cinq jours, et non trois mois !

La pétition mentionne également, de manière erronée, que le stade Numa-Daly serait fermé pendant trois mois à cause de cet événement. En réalité, la scène sera installée sur la partie nord du terrain le lundi 18 avril, mais cela n’empêchera pas le public de profiter des trois quarts de l’espace restant. Le site ne sera totalement fermé que du 25 au 29 avril. Soit cinq jours, et non trois mois ! L’exécutif récupérera ensuite les installations le 5 mai. « Nous en profiterons alors pour, comme chaque année, traiter et remettre la pelouse à niveau. Nous ferons cela sur une période de deux mois, pendant la période fraîche durant laquelle il n’y a, de toute façon, pas de match », conclut le directeur de la Jeunesse et des Sports.

Source : Le mag du gouv

À voir aussi :

Philippe Gomès : « Il nous faut définir notre patrimoine commun »

Le député Philippe Gomès a participé ce 18 novembre au colloque sur l’avenir institutionne…