Accueil FOCUS MÉDIA « Nous sommes égaux en devoir à l’égard de la SLN, si nous sommes égaux en droit »

« Nous sommes égaux en devoir à l’égard de la SLN, si nous sommes égaux en droit »

( 10 mai 2016 ) Journaliste : Le conseil d’administration d’Eramet approuve le plan de réduction des coûts et d’amélioration de la productivité, présenté par la direction générale de la SLN. Il était réuni cette nuit pour nous à Paris, sous la présidence de Patrick Buffet. Le groupe Eramet qui est actionnaire à 56 % de la SLN va apporter 40 millions d1euros supplémentaires aux 150 millions déjà versés depuis novembre 2015, pour assurer l’activité de la société jusqu1à la fin juin. De son côté, la STCPI, actionnaire à 34 % de la SLN, a décidé d’apporter sa quote-part financière, elle accepte une partie du prêt proposé par le Premier ministre Manuel Valls. Philippe Gomès, président délégué de la STCPI et administrateur d’Eramet, assistait à ce conseil d’administration :

Philippe Gomès : Nous considérons, nous, au vu des éléments qui sont les nôtres, que la STCPI peut s’endetter jusqu’à 127 millions d’euros, c’est-à-dire 15 milliards de francs CFP qu1elle peut apporter à la SLN pour lui permettre de passer cette période difficile. Nous devons, dans les prochaines semaines, négocier les modalités de ce prêt, c’est-à-dire le taux, les conditions, mais également la neutralité fiscale de ce prêt.

Journaliste : Pourquoi ne pas avoir accepté la totalité du prêt que le Premier ministre proposait ?

Philippe Gomès : Parce que nous voulons bien être, au titre de la STCPI, égaux en devoirs, à l’égard de la SLN, si nous sommes égaux en droit, à l’égard de la SLN. Or, entre Eramet, actionnaire majoritaire, et la STCPI, actionnaire minoritaire, on aura compris que c’est Eramet qui dirige de fond en comble, et de haut en bas, la SLN, et sûrement pas la STCPI. Donc, que nous soyons là, solidaires, pour accompagner la SLN dans ce moment difficile, oui. Que nous soyons traités de manière équivalente à Eramet, non, c1est la distinction que nous avons souhaité faire. Je crois qu1elle est juste et équitable.

Journaliste : Le groupe Eramet ne ne l1évoque pas dans son communiqué publié lundi soir, mais lors de ce conseil d1administration, il a aussi été question du projet de centrale électrique de Doniambo. Pour assurer, à long terme, la compétitivité de la SLN, l’État a décidé d1apporter sa garantie pour le financement de la future centrale électrique, avec Enercal comme probable partenaire. Le commentaire de Philippe Gomès, qui est aussi président d’Enercal :

Philippe Gomès : Je crois qu’Enercal a une légitimité pour être un partenaire de premier rang pour cette centrale électrique. C’est Enercal qui gère la centrale de Doniambo depuis plusieurs décennies, à la grande satisfaction de la SLN. C’est Enercal qui a réalisé la centrale au charbon de Prony Energie, qui alimente pour une part l’usine du Sud, pour une autre part, la distribution publique, et puis enfin Enercal a, dans son capital, EDF, dont l’expertise en la matière n’est plus à prouver. Donc je crois que oui, nous pourrons être un partenaire de premier rang pour la réalisation de cette centrale électrique qui servira, non seulement à la SLN, très principalement à la SLN, mais qui servira aussi à la distribution publique, parce que si on fait pas la centrale de la SLN, à échéance de 2021, on sera obligés, nous, Enercal, de réaliser un nouveau moyen de production d’énergie électrique et probablement d1origine thermique. Donc, la centrale nous permet aussi d’éviter de construire ce nouveau moyen et de prévoir une puissance nécessaire pour alimenter la distribution publique. Donc, c1est à la fois une centrale pour un industriel qui en a besoin, mais aussi pour un pays qui en a besoin.

Source : RRB

À voir aussi :

Cérémonie émouvante à la mémoire de ce Grand Homme, Guyèdre Wamedjo

( 18 novembre 2017 ) Gérard Poadja : « Fervent défenseur de la citoyenneté. Mes remercieme…