Accueil VIDÉOS Philippe Germain : « La TGC permettra une baisse des prix de 6 à 9 % sur les produits alimentaires »

Philippe Germain : « La TGC permettra une baisse des prix de 6 à 9 % sur les produits alimentaires »

TGC

( 14 juin 2016 ) Journaliste : Ce matin le gouvernement a arrêté deux lois de pays qui passeront devant le Congrès, en juillet prochain. La première, la TGC. Philippe Germain avec la mise en place de la TGC vous annoncez, par exemple, une baisse de 6 à 9 % sur les produits de grande consommation et les produits alimentaires, ça paraît beaucoup,est-ce que c’est vraiment réaliste, ça, 6 à 9 % de baisse ?Philippe Germain : Écoutez, c’est une première étape. Moi, je considère que c’est pas suffisant quand on sait que, de manière générale, nos prix sont plus élevés de 30 % par rapport à la moyenne nationale et que dans les produits alimentaires et de grande consommation on peut être deux fois plus chers, il faut qu’on fasse mieux. Mais, là, c’est la première étape. Comment on le fait ? Effectivement on retire les taxes sur les produits importés. On retire la fiscalité qui pèse sur le fonctionnement des entreprises et on retire la fiscalité qui pèse sur les investissements des entreprises. L’addition de ces trois mesures doit permettre de diminuer le prix des entreprises, et donc, leur prix de vente. Et pour garantir cette baisse des prix, c’est le deuxième texte…

Journaliste : Est-ce que vous allez réussir à la faire…

Philippe Germain : Oui, eh bien, on la garantit par le deuxième texte, celui qui est sur la compétitivité et les prix, qui impose aux entreprises de retirer de leur prix de revient les taxes que nous avons supprimées et de ne pas en profiter pour augmenter leurs marges. Ça donne une baisse mécanique de 6 à 9 % sur les produits, 12 % sur certains autres et c’est qu’une première étape. Après, les travaux sur la compétitivité que nous menons avec l’ensemble des secteurs économiques, notamment dans l’alimentaire, les produits de grande consommation, dans le logement et dans l’automobile, doivent nous permettre d’aller au-delà, d’aller plus loin, pour lutter contre la vie chère en Nouvelle-Calédonie.

Journaliste : En combien vous estimez que la mise en place pourra être vraiment opérationnelle, effective et sûre ?

Philippe Germain : La compétitivité mécanique, celle liée à la TGC, c’est au 1er juillet 2018, c’est à la date de la mise en place de la réforme à plein effet. Mais la compétitivité des secteurs économiques peut démarrer. On a commencé à travailler sur l’agriculture, j’étais encore en réunion, cet après-midi, avec eux. On travaille avec l’industrie de transformation et la grande distribution pour faire diminuer les prix. On espère que d’ici la fin d’année, dans un certain nombre de secteurs, on aura déjà des accords de compétitivités qui permettront des premières baisses de prix.

Source : NC 1ère

À voir aussi :

Sénatoriales 2017 : Pour un avenir dans la France aux couleurs de la paix

( 22 septembre 2017 ) Gérard Poadja : « Dimanche 24 septembre, 552 grands électeurs calédo…