Accueil VU SUR LE WEB Alain Juppé en Nouvelle-Calédonie

Alain Juppé en Nouvelle-Calédonie

Alain Juppé

( 23 juillet 2016 ) Pour son dernier jour en Nouvelle-Calédonie, Alain Juppé était invité, par les membres Calédonie Ensemble du comité de soutien Alain Juppé, à rencontrer les Maires et élus municipaux de la Foa, Sarraméa et Farino à la Mairie de La Foa. Une rencontre chaleureuse et conviviale qui s’est achevée par la signature du livre d’or de la ville.

 

Après la visite d’Alain Juppé à la Mairie de La Foa, la délégation s’est rendue sur une exploitation agricole à Farino – Focola pour une réunion avec les agriculteurs et éleveurs de Bourail, Moindou, La Foa, Sarraméa et Farino. Accueilli par Jean-Christophe et Ingrid Niautou, propriétaire de l’exploitation, Nicolas Metzdorf, Nicole Robineau, Corine Voisin ( membres du Comité de soutien à Alain Juppé ) et le maire Régis Roustan, la visite de l’installation a débuté.
Pionnier de l’agriculture raisonnée et président du syndicat Repair – REseau Professionnel pour une Agriculture Innovante et Responsable ( Label qualité ), Jean-Christophe Niautou, à créer son exploitation en 2010 et produit des salades, des cucurbitacées ( Citrouille, concombre, courge ) des tomates et des fraises. Avec sa femme Ingrid il a créé, il y a quelques mois un éco-lodge – le Farino Lodge – qui est une structure touristique membre du réseau « Bienvenue à la Ferme »… Il travaille également en collaboration avec Enercal

Energie Nouvelle à l’installation d’une centrale photovoltaïque qui aura une capacité de 1,9 Gw.
Après la dégustation de fraises, les meilleures du monde…, c’est en toute convivialité que les agriculteurs et éleveurs ont pu échanger avec Alain Juppé autour d’un verre de l’amitié…

.

Le député Philippe Gomès : « Monsieur le Premier Ministre, mon cher Alain, je salue bien sûr aussi le Maire de Farino, le Maire de La Foa, Jean-Christophe et sa famille qui nous font l’amitié de nous accueillir et l’ensemble de celles et ceux, agriculteurs, éleveurs, producteurs agricoles qui sont venus aujourd’hui à la rencontre d’Alain Juppé.
Si cette rencontre a lieu, c’est pare ce que nous avons souhaité, avec Nicolas Metzdorf, président du développement rural de la province Sud mais également membre du Comité de soutien d’Alain Juppé, nous avons souhaité que dans le programme de trois jours qui était le sien, il puisse avoir une séquence qui lui permette de toucher du doigt la réalité de la brousse calédonienne. Donc cette séquence qui s’est déroulé dans le Nord sur l’exploitation d’Axel Billet, puis elle se déroule aujourd’hui sur celle de Jean-Christophe Niautou.
C’est aussi une manière pour nous de rendre hommage à ces calédoniens, dont on parle trop peu souvent, qui ont suer sang et eau pour mettre en valeur cette terre. Alors ce n’est pas Jean-Christophe, même s’il sue sang et eau aujourd’hui, ce sont les anciens, ceux d’avant, leurs pères, leurs grand-pères qui ont permis à la Nouvelle-Calédonie d’être ce qu’elle est aujourd’hui et je trouve que dans la vie politique on leur rend trop peu souvent hommage. C’est une manière aussi de porter ce message à Alain Juppé, de porter ce message auprès de vous aussi, on pense à cette Calédonie là et chacune, chacun ont le droit de savoir ce qu’on lui doit. Donc c’est ça aussi qu’on est venu dire aujourd’hui à l’occasion de cette rencontre. Donc merci Alain d’avoir accepter cette invitation, merci à Jean-Christophe de nous avoir accueilli comme il l’a fait et merci aux uns et aux autres d’avoir pris sur votre temps, aujourd’hui, ce week-end pour venir participer à cette rencontre.
Merci beaucoup. »

Jean-Christophe Niautou : « Mon épouse et moi-même sommes très honoré et très heureux de vous recevoir ici sur cette exploitation. Comme l’a rappelé le député précédemment donc, cette terre est une terre qui était dans ma famille déjà avant d’être exploitée, elle vient par droite lignée maternelle d’un bagnard libéré et installé ici au début du 19è siècle après avoir purgé sa peine, donc, nous sommes heureux de vous accueillir ici , et la brousse calédonienne est heureuse de recevoir un homme de votre niveau comme on a pu recevoir il n’y a pas très longtemps le Premier ministre. Merci monsieur le député d’organiser ce type de visite par ce que c’est vrai que jusqu’ici les visites officielles passaient de Nouméa aux institutions et du Centre Culturel Tjibaou à l’usine du Nord et au milieu, vous avez le loisir de regarder la belle côte mais pas de la voir de près et surtout les supers habitants qui vivent ici, donc merci beaucoup d’être venu jusqu’à nous d’autant que c’est très important de mettre en avant l’agriculture par ce que dans la situation que l’on connait actuellement en Nouvelle-Calédonie, l’agriculture est certainement un relais de croissance qu’il ne faut pas négliger surtout lorsque l’on sait qu’on couvre à peine 20% des besoins alimentaires dans ce pays, donc autant vous dire à quel point on a la capacité à travailler, à créer de la richesse donc c’est très important, sans oublier le tourisme et les énergies renouvelables, d’autres secteurs dans lesquels on est tout aussi investi avec mon épouse qui a ouvert un lodge récemment et avec Enercal avec qui nous travaillons sur un gros projet de serre solaire, donc 3 secteurs d’activité qui sont certainement très porteur en terme de croissance et d’emploi sur lesquels on s’est investi et dans lesquels on souhaite progresser pour le pays.
Donc merci beaucoup d’être venu ici, c’est un honneur de vous recevoir et nous espérons lorsque vous reviendrez dans les 5 prochaines années avec la fonction que je n’ose même pas prononcer, que vous reviendrez voir la brousse, ici ou à Bourail pourquoi pas mais en tout cas saura vous ré-accueillir de manière qu’il se doit.
Merci beaucoup. »

Alain Juppé : « Madame le Maire de La Foa, monsieur le Maire de farino, cher Jean-Christophe merci de m’accueillir chez vous en famille avec 3 générations, le papa, les enfants, ce qui donne à notre rencontre un ton familial qui me plait bien.
Je termine mon déplacement en Nouvelle-Calédonie, je suis arrivé il y a 3 jours déjà, la boucle est bouclée et même bouclé avec mon précédent passage puisque j’ai retrouvé, ça m’a beaucoup ému, tout à l’heure à La Foa des photos de 1991, il y a 25 ans ! Madame le Maire de La Foa qui est très diplomate nous a dit que l’on avait pas du tout changé, et vous pouvez le vérifier. Et tout cas, je suis très heureux d’avoir passé ces 3 jours avec vous. Je connais la Nouvelle-Calédonie par ce que j’y avais donc passé 1 semaine au cours de mon précédent déplacement et puis surtout, j’ai eu dans mes différentes fonctions énormément de contacts avec tous ceux que j’ai rencontré, à qui j’ai rendu hommage d’ailleurs il y a deux jours, jacques Lafleur, Jean-Marie Tjibaou et d’autres encore ; donc c’est une terre à laquelle je suis très attaché. Je vais repartir en métropole avec une bonne image de ce qu’il se passe ici en Nouvelle-Calédonie. Je sais bien que vous êtes confrontés à de grosses difficultés quand vous parlez depuis 3 jours de la crise du nickel. J’ai visité l’usine de la SLN et celle du Nord, aussi donc, je mesure bien la crise dans ce qu’elle a de conjoncturelle et de plus structurelle et de permanents. Je vois aussi qu’il y a sur cette terre d’immenses capacités, d’immenses possibilités et en particulier dans le domaine de l’agriculture, c’est la deuxième exploitation agricole que je visite. Il faut quand même réfléchir à cette situation qui est un peu surprenante, qui ne peut pas se maintenir à long terme, vous importez 80% d ce que vous mangez. Donc voilà, je crois qu’il y a un défi pour développer ici une production dans beaucoup de domaines que ça soit dans le domaine maraîcher, dans le domaine céréalier, dans le domaine de l’élevage il ya un potentiel tout à fait considérable et je voudrais tirer mon chapeau aux agriculteurs par ce que, comme en métropole d’ailleurs je les rencontre souvent, ici aussi c’est un métier exigeant, difficile, il faut bosser 35 heures 2 fois par semaine sans doute, et en même temps, chaque fois que je parle avec des agriculteurs, je trouve chez eux une passion pour leur métier, aucun d’entre eux m’a dit :  » Je n’aime pas ce que je fais « , ils sont tous passionnés par leur terre et par ce qu’ils font pousser ou ce qu’ils produisent et puis en plus, c’est un secteur d’activités innovant, la culture ce n’est pas simplement une traditions où le maintien de ces traditions, c’est aussi le goût de la modernité, de l’innovation ici avec la recherche d’une agriculture aussi respectueuse que possible de l’environnement, de moins en moins de produits phytosanitaires et puis aussi cette volonté d’utiliser cette agri-énergie pour en particulier le développement et le financement des équipements agricoles donc bravo pour ce sens de l’innovation qui vous caractérise.

Je disais que je comprend bien les difficultés qui sont les vôtres, au-delà des difficultés économiques il y a aussi cette interrogation sur l’avenir de cette collectivité et sur les rendez-vous qui sont devant vous, 2018 bien sûr, j’en ai beaucoup parlé, je vais vous quitter dans quelques instants pour aller m’exprimer à nouveau à la télévision, j’en ai parlé hier soir lors de la réunion que Philippe Gomès a organisé à Nouméa où il y avait beaucoup de monde. J’ai exprimé ma conviction et, mon souhait c’est que la Nouvelle-Calédonie reste dans la République et dans la France par ce que c’est l’intérêt de la France et l’intérêt de la Nouvelle-Calédonie. Cela dit, la parole sera donnée aux calédoniens, ça sera à vous de décider. Ce que je souhaite simplement, c’est que vous le fassiez dans un esprit de rassemblement. Quand on veut atteindre un objectif, la meilleure façon de se planter c’est de se diviser, si on veut réussir, il faut se rassembler et puis aussi dans un esprit de respect mutuel et de concorde, quelque soit le résultat de cette consultation, il faudra qu’il n’y ait pas d’exclus au lendemain de la consultation et je sais que c’est ce que vous avez en tête les uns et les autres.

Il y aura aussi avant 2018 d’autres échéances politiques, 2017 et même 2016. Je dis partout où je passe que je ne suis pas venu une réunion électorale, encore que ! En 2017, ça sera important pour la France en général, pour la Nouvelle-Calédonie en particulier et même pour les échéances de 2018 ici, et avant 2017, il y a 2016 avec ces élections primaires dont vous avez sans doute entendu parler. Je vous adresserai simplement un message : ne cherchez pas la carte du parti on ne vous la demandera pas, il suffira de la carte d’électeurs et tous ceux qui sont inscrits sur la liste électorale générale pourront aller voter.
Je voudrais remercier ceux qui ont décider de me soutenir, il y en a quelques uns ici – Nicolas Metzdorf, Corine Voisin, Nicole Robineau – ça m’est très précieux par ce qu’ils m’escortent tout au long de ce déplacement.
Voilà, merci de tout coeur pour ce moment de convivialité et je repars avec beaucoup de confiance et beaucoup d’espérance dans l’avenir de cette collectivité tout simplement par ce qu’il y a des hommes et des femmes formidables et que la relève est assurée.
Voilà, merci à tous. »

C’est par la visite du Centre de Secours intercommunal de Fonwhary et après quelques échanges avec les pompiers que s’achève la journée marathon d’Alain Juppé.

13698262_1361644127198704_4534426269587102357_o

À voir aussi :

Sénatoriales 2017 : Pour un avenir dans la France aux couleurs de la paix

( 22 septembre 2017 ) Gérard Poadja : « Dimanche 24 septembre, 552 grands électeurs calédo…