Accueil VU SUR LE WEB Eramet et l’État sauvent la SLN et son nickel pour 525 millions d’euros

Eramet et l’État sauvent la SLN et son nickel pour 525 millions d’euros

© ALAIN JEANNIN Allégorie de la crise du nickel et alliage SLN25 en Nouvelle-Calédonie.

( 27 juillet 2016 ) La société Le Nickel est sauvée déclare Philippe Gomès député UDI de la seconde circonscription de la Nouvelle-Calédonie. La SLN a mis en place un plan ambitieux de réduction des coûts. Le premier producteur mondial de ferronickel a déjà réduit de 10 % le coût de production de son usine de Doniambo.

Le groupe minier Eramet est victime de la chute des cours du nickel qui frappe sa production en Nouvelle-Calédonie. Les cours du métal ont atteint leur plus bas niveau depuis 15 ans au premier trimestre, avant d’amorcer en juillet une remontée très prometteuse.

Une marque de confiance élevée
Dans ce contexte, le prêt d’Eramet à sa filiale calédonienne prend toute son importance. Il est porté à 325 millions d’euros accompagnés d’un prêt de l’État de 200 millions d’euros.
« C’est le bout du tunnel et beaucoup de Calédoniens en seront heureux. Au total,
c’est 525 millions d’euros, soit 63 milliards CFP qui sont apportés à la SLN »
souligne Philippe Gomès, député de la Nouvelle-Calédonie. Celui qui a porté la défense des intérêts calédoniens au sein du conseil d’administration d’Eramet conclu « la SLN dispose de la trésorerie nécessaire pour passer les années jusqu’en 2018 et c’est une bonne nouvelle ».
Ce soutien politique et financier très important de tous les acteurs du dossier à l’opérateur historique du nickel calédonien accompagne le consensus des analystes qui prévoit une reprise significative des cours du nickel courant 2016.

La SLN et la bataille de la compétitivité
Dans son communiqué (en bas de la page), Eramet souligne les premiers effets du renforcement du plan d’économies de la SLN, sa filiale calédonienne, dont le coût de production du nickel au premier semestre a déjà baissé de plus de 10 % par rapport à 2015. L’objectif étant fixé à -25 % en rythme annuel à fin 2017. Une opération de renforcement des fonds propres d’Eramet est prévue à l’automne 2016 sous-forme d’émission d’une obligation convertible de 100 millions d’euros. Au final ce mercredi soir, les métallurgistes calédoniens peuvent respirer, malgré les efforts de productivité qui les attendent avant rejoindre le club des producteurs de nickel les plus rentables.

Communiqué de presse du groupe Eramet

Source : Outre-mer 1ère

À voir aussi :

Blocage du gouvernement : Les conséquences dramatiques pour le pays

( 23 octobre 2017 ) 24 heures avant la réunion du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, c…