Accueil Province Sud La MCF du côté de Yaté

La MCF du côté de Yaté

7ème et avant dernier-rendez-vous « à la rencontre des communes » pour la Mission à la condition féminine (MCF) vendredi 28 octobre à Yaté. C’est au marché de Waho que les femmes ont pu parler librement des problématiques de violences conjugales avec les représentantes du dispositif et des professionnels de la commune, venus nombreux pour l’occasion.
« Vous avez la chance d’être l’une des dernières communes visitées pour cette tournée, on arrive chez vous mieux préparées, avec des exemples de pistes de réflexions entamées ailleurs à partager » explique Charlène Soerip, responsable de la MCF, à la vingtaine de femmes présentes en ce tranquille vendredi matin. En effet, les discours sont percutants et le public enthousiaste. « C’est très intéressant cette réunion parce que ce sont des problématiques que l’on rencontre beaucoup en tribu mais on n’ose pas en parler directement » confie une habitante de la commune « on a tendance à penser que c’est l’affaire du couple et que l’on ne doit pas s’en mêler, mais en même temps on sait bien qu’il y a des lois qui existent ».

Que faire, comment réagir si l’on est témoin de violences ? Comment savoir repérer les différents mécanismes de violence (verbales, physiques, sexuelles, psychologiques…) pour lutter contre ? Comment protéger ses enfants ? Les thématiques abordées sont diverses, et les représentantes de la MCF prennent note des spécificités de la commune pour répondre au plus près des attentes.

mcf-yate-photo-2_0
La peur d’un départ définitif

« Il faut savoir que la violence conjugale est souvent mouvementée, avec des revirements soudains, et demande d’être très à l’écoute » note Fabienne Bousseau assistante sociale au centre médico-social de Yaté « ici on manque d’accompagnement post-départ. Ce n’est pas facile de décider de partir, beaucoup ont peur d’être jugées ou de s’engager dans quelque chose de définitif » continue-t-elle.

mcf-yate-photo-3_0

Une problématique favorisée par la situation géographique particulière de la commune, obligeant souvent les victimes à se tourner vers les foyers de prise en charge de la lointaine Nouméa. « Cette initiative de la Mission à la condition féminine est une très bonne idée parce qu’elle est l’occasion pour nous, partenaires locaux, gendarmes, professionnels de la santé, élus municipaux, de recréer des liens pour mettre en place un accompagnement plus confortable » conclut Fabienne Bousseau.

Source : Province Sud

À voir aussi :

Cérémonie émouvante à la mémoire de ce Grand Homme, Guyèdre Wamedjo

( 18 novembre 2017 ) Gérard Poadja : « Fervent défenseur de la citoyenneté. Mes remercieme…