Accueil ACTUALITÉS Calédonie Ensemble : un congrès à l’image du pays !

Calédonie Ensemble : un congrès à l’image du pays !

( 03 décembre 2016 ) Des slams, des messages SMS, des danses, la retransmission en direct sur grand écran et sur Facebook, ce 10ème congrès de Calédonie Ensemble aura été placé sous le signe de la jeunesse, de la participation, de l’interaction et de l’échange.

C’est donc dans une ambiance conviviale, chaleureuse, et une salle Venezia pleine à craquer, que Calédonie Ensemble a réuni ce 3 décembre son Xè congrès.

Sur le thème du peuple calédonien, des valeurs que l’on partage et de l’avenir à inventer au sein de la République, les militants et sympathisants de Calédonie Ensemble se sont retrouvés pour échanger et s’informer.

Ce thème a été développé, en introduction des travaux, lors de la coutume à l’aire Djubéa Kapone, coutume que les représentants de l’aire ont souhaité remettre à la communauté wallisienne et futunienne.

Lors de ce congrès et par la voix de certains de ses élus, Nicolas Metzdorf, Dominique Mole, Sutita Sio-Lagadec, Nina Julié, Philippe Germain, Calédonie Ensemble a réaffirmé ses positions sur des sujets d’actualité comme les valeurs calédoniennes, le développement économique, l’action sociale, le logement, l’environnement.

Intervenant sur le rééquilibrage qu’il faut poursuivre et intensifier, a-t-il dit, Gérard Poadja, élu du Nord, a provoqué l’émotion des participants au congrès en évoquant le drame de Houaïlou et salué la mobilisation des institutions et des Calédoniens et leur solidarité en faveur des populations durement frappées.

Membre du gouvernement en charge de l’enseignement, Hélène Iékawé a porté devant le congrès les mesures fortes en faveur de la jeunesse, notamment le projet éducatif calédonien et le service civique. Des réformes essentielles pour ne pas laisser sur le bord du chemin cette petite part de la jeunesse que le Sénat coutumier a qualifiée de « sinistrée ».

C’est sur le thème de la sécurité que le président de la province Sud, Philippe Michel, est intervenu. Faisant part de la peur et de l’exaspération des Calédoniens face à la montée de la délinquance, il a fustigé ceux qui, chez les indépendantistes comme chez les non-indépendantistes, tiennent des propos qui jettent de l’huile sur le feu. Face à ce constat Philippe Michel a détaillé les mesures que Calédonie Ensemble a portées en faveur d’une plus grande sécurité et d’une prévention accrue.

Depuis l’élection de Philippe Germain à la présidence du gouvernement, Calédonie Ensemble a présenté, défendu et fait adopter une série de réformes économiques et sociales majeures. Ces réformes, Philippe Dunoyer, membre du gouvernement en charge du budget et de la fiscalité, en a détaillé le principe et les conséquences, notamment en termes de pouvoir d’achat, pour les Calédoniens. Il a donc été question de la compétitivité, des frais bancaires et de la réforme de l’impôt sur le revenu.

Philippe Gomès a conclu ce 10ème congrès.

« Le référendum de 2018, a-t-il déclaré, dit être une réussite pour notre pays. Il le sera si nous arrivons à en faire à la fois un moment fort d’affirmation de nos convictions, mais aussi, dans le même temps, une nouvelle étape sur le chemin du destin commun de tous les Calédoniens ». Et pour cela, a précisé Philippe Gomès, trois conditions doivent être rempliées : ce doit être un référendum « sincère » c’est-à-dire dont le résultat est insusceptible d’être remis en cause, « apaisé »  et « éclairé. »

Un référendum « apaisé » impose que « l’injustifiable » ne soit plus systématiquement « justifié »…

C’est dans ce cadre que  Philippe Gomès a appelé certains  indépendantistes à cesser de vouloir « se victimiser », en ayant recours à la notion, qu’il a qualifiée de « surannée » et « anachronique » « d’État  colonial ». Dans un propos fort et clair, Philippe Gomès a expliqué pourquoi la notion d’état colonial n’existait plus, « quand on prétend à une émancipation pleine et entière, a-t-il déclaré, on doit prendre ses responsabilités et pas se défausser. Il faut cesser de se chercher des boucs émissaires (…) d’autant plus que depuis 30 ans nous sommes engagés dans un processus de décolonisation au terme duquel nous nous gouvernons nous même ».

Philippe Gomès a terminé son intervention en détaillant la proposition de Calédonie Ensemble dans le travail qui doit se poursuivre sur la sortie de l’accord. Il a demandé qu’à l’issue des échéances électorales de l’an prochain, deux sujets au moins soient actés de manière formelle, avant le référendum, entre indépendantistes et non-indépendantistes, pour dessiner le pays du jour d’après quel que soit le résultat du référendum : la « charte des valeurs calédoniennes » et la « gouvernance institutionnelle ». Une manière d’affirmer nos « convergences » sur deux sujets qui nous rassemblent et ainsi de redonner confiance aux Calédoniens dans la perspective du référendum.

À voir aussi :

Cérémonie émouvante à la mémoire de ce Grand Homme, Guyèdre Wamedjo

( 18 novembre 2017 ) Gérard Poadja : « Fervent défenseur de la citoyenneté. Mes remercieme…