Accueil VIDÉOS « Les victimes de la délinquance n’ont pas de carte politique »

« Les victimes de la délinquance n’ont pas de carte politique »

C’est sur le thème de la sécurité que le président de la province Sud, Philippe Michel, a centré son intervention au 10ème congrès de Calédonie Ensemble. Pour le président de la province Sud « le droit à la sécurité pour tous, c’est un des piliers du vivre ensemble » puisque « sans garantie de la sécurité il ne peut pas y avoir de société viable ».

Il place dos-à-dos ceux qui montrent du doigt la colonisation « qui a bon dos » et ceux qui « appellent les citoyens à s’armer pour assumer d’eux-mêmes leur défense » car c’est le meilleur moyen selon lui de « servir la cause de ceux qui veulent ramener la Calédonie a la période des évènements ». Sachant que les victimes de la délinquance n’ont pas de carte politique, Philippe Michel affiche ses objectifs et ceux de son mouvement :

« Nous à Calédonie Ensemble, s’agissant de la sécurité, nous ne faisons pas dans la démagogie et le populisme. Nous, nous traitons le problème de l’insécurité de manière sérieuse, responsable, en faisant des propositions concrètes. Nous, on attend pas de l’Etat qu’il apporte toutes les solutions. On prend notre part, on engage nos collectivités, on agit. »

Philippe Michel a ainsi détaillé les mesures que Calédonie Ensemble a portées en faveur d’une plus grande sécurité et d’une prévention accrue :

« Nous, on agit sur l’alcool – 1ère cause de la délinquance en Nouvelle-Calédonie – en encadrant les ventes d’alcool à distance, en réprimant la vente d’alcool aux mineurs, en augmentant les taxes sur les boissons alcoolisées, en interdisant toute forme de publicité sur l’alcool pendant que d’autres, au congrès, proposent de baisser les taxes sur l’alcool…(…) Nous nous agissons sur le renforcement des effectifs de police, de gendarmerie, de la justice, de l’administration pénitentiaire : c’est 53 policiers et gendarmes de plus en Nouvelle-Calédonie à partir du 1er février prochain et la création d’une brigade spécialisée dans la délinquance des mineurs (…) ça c’est du concret »

Un discours remarqué pour rappeler les positions de Calédonie Ensemble sur cette question sensible qui provoque peur et exaspération chez les Calédoniens. En conclusion, Philippe Michel prévient : « ce ne sont pas les forts-en-gueule et les va-t-en-guerre qui vont nous sauver. Ceux qui peuvent faire quelque chose ce sont ceux qui réfléchissent, qui travaillent, qui agissent avec détermination »

À voir aussi :

Siutita Sio-Lagadec : « le logement, 1ère des dignités »

( 3 décembre 2016 ) Très impliquée dans la mise en œuvre de la politique du logement, Siut…