Accueil ACTUALITÉS Audition par la mission d’information sur la Nouvelle-Calédonie au sujet de la situation du pays notamment au plan de la sécurité

Audition par la mission d’information sur la Nouvelle-Calédonie au sujet de la situation du pays notamment au plan de la sécurité

( 21 février 2017 ) Philippe Gomès : « J’ai planché ce matin devant la mission d’information sur la Nouvelle-Calédonie à la demande de son Président Dominique Bussereau. Elle a été créée au début de cette législature et rassemble des représentants de tous les groupes politiques représentés à l’Assemblée nationale. Son objet est de suivre l’évolution de la situation calédonienne, notamment dans la perspective du référendum de 2018.

J’ai évoqué plus particulièrement les problèmes rencontrés par notre pays dans le domaine de la délinquance :

– augmentation de 115 % des cambriolages en 2015 ;
– 60 % de la délinquance de proximité est le fait de mineurs ( contre 20 % en métropole ) ;
– 50 % des violences avec armes sur les forces de l’ordre dans les Outre-mer sont commises en Nouvelle-Calédonie ;
– 1 français sur 5 qui fait l’objet d’une procédure d’ivresse publique manifeste est un calédonien ;

J’ai rappelé les actions mises en œuvre par l’État ( création de 53 postes supplémentaires de policiers et de gendarmes, nouveaux blindés pour la gendarmerie, mise en place d’une brigade de prévention de la délinquance juvénile, construction de nouveaux casernement pour les gendarmeries de Bourail, Paita, Dumbéa et du Mont Dore etc…).

J’ai précisé également le travail engagé par la province Sud ( réunion récente du conseil provincial de prévention de la délinquance pour faire le point sur les actions engagées ) et du gouvernement ( préparation d’un plan territorial de prévention de la délinquance dans ses différentes dimensions : éducative, sanitaire, lutte contre les addictions, etc….).

Gravité de la situation au Mont-Dore

J’ai enfin alerté les parlementaires sur la situation au Mont-Dore. Depuis plusieurs mois, et encore la nuit dernière, des citoyens dont le seul crime est de circuler sur une route qui traverse la tribu de St Louis, deviennent la cible vivante de tueurs en puissance. Certes le travail des gendarmes et des services de la justice a abouti à des résultats : 11 délinquants ont été incarcérés et 10 sont sous contrôle judiciaire. Pour autant une petite dizaine est toujours en liberté dont 3 à 4 particulièrement dangereux.

Depuis une dizaine de jours les autorités coutumières se sont engagés à ce qu’ils se rendent. Ce n’est toujours pas le cas. Tant qu’ils ne seront pas sous les verrous la mort continuera à rôder sur cette route. C’est inacceptable sur le territoire de la République.
C’est pourquoi j’ai rappelé la nécessité d’une sécurisation permanente H24 de la zone conformément aux engagements pris par le ministre de l’intérieur à l’occasion de la question que je lui ai posée il y a deux semaines. »

À voir aussi :

Le Neobus : Une révolution et un enjeu stratégique pour le pays

(14 novembre 2018) Philippe MICHEL est président du Syndicat Mixte des Transports Urbains …