Accueil ACTUALITÉS Calédonie Ensemble salue l’action des forces de l’ordre et de la justice

Calédonie Ensemble salue l’action des forces de l’ordre et de la justice

( 3 mars 2017 ) Les exactions et faits de délinquance de ces dernières semaines au Mont-Dore et à Païta ont conduit un certain nombre de responsables politiques à adopter des positions extrêmes. On a pu entendre certains réclamer l’intervention de l’armée au Mont-Dore, l’extension à la Nouvelle-Calédonie de l’état d’urgence ou inciter les citoyens à se faire justice eux-mêmes.

À plusieurs reprises, Calédonie Ensemble a dénoncé ces prises de position irresponsables.

Calédonie Ensemble souligne l’action efficace de la justice et des gendarmes, dont 12 ont été blessés depuis octobre dernier, pour permettre l’interpellation et l’incarcération des fauteurs de troubles.

« Non, il n’y a pas de laxisme de la justice, ni de zone de non-droit en Calédonie », a déclaré le Procureur général de Nouméa lors de l’audience solennelle de rentrée de la Cour d’appel.

Rappelons en effet que concernant les faits à la tribu de St Laurent, un individu a été écroué, un autre placé sous contrôle judiciaire et 16 armes de grande chasse et des munitions ont été saisies.

Rappelons qu’à la tribu de Bangou 6 personnes ont été interpellées et mises en examen et 2 individus ont été écroués Rappelons qu’à la tribu de Saint Louis, 57 personnes ont été interpellées, 11 individus ont été écroués et 10 autres ont été placés sous contrôle judiciaire.

En conséquence, Calédonie Ensemble réaffirme que la lutte contre la délinquance est une priorité absolue et que les tribus de Saint-Louis, Saint-Laurent et Bangou ne sont pas des zones de non-droit. Mais nous réclamons des responsables politiques, a fortiori de ceux qui briguent les suffrages des électeurs, de faire preuve de responsabilité en ne contribuant pas à attiser les tensions entre Calédoniens.

À voir aussi :

Rencontre citoyenne du 17 avril : Calédonie Ensemble associe la population calédonienne à la sortie de l’Accord de Nouméa

(17 avril 2018) Si la question du référendum du 4 novembre 2018 est déjà connue – « …