Accueil ACTUALITÉS Calédonie Ensemble dénonce les mensonges du Parti Travailliste et de LKU

Calédonie Ensemble dénonce les mensonges du Parti Travailliste et de LKU

À l’occasion du défilé du 1er mai, Louis Kotra Uregei s’est livré comme il en a la triste habitude, à des déclarations outrancières et mensongères.

Le Parti Travailliste indique qu’il y a eu « une dizaine de milliers d’électeurs frauduleusement inscrits sur les listes provinciales ». C’est un mensonge intégral. Les inscriptions litigieuses, après le travail de l’Etat du Comité des Signataires et des experts de l’ONU, ont été estimés à quelques centaines qui après les recours contentieux ont abouti à quelques dizaines de radiations en tout et pour tout. Ce fait juridique est devenu un fait politique puisque le Comité des Signataires a considéré que le litige était « politiquement clos ».

Sur les 25 000 kanak exclus de la liste électorale, ce chiffre est faux ! Après les travaux menés par l’Etat en lien avec les collectivités locales, sous contrôle du Comité des Signataires, 9 000 calédoniens ont été identifiés comme ne figurant pas sur la liste générale et donc, de ce fait, ne peuvent être inscrits sur la liste référendaire, dont 4500 de statut civil coutumier et 4500 de statut de droit commun. Un courrier leur a été adressé en décembre 2016 pour leur demander de s’inscrire sur la liste générale.

Le cas de 10 000 autres calédoniens de statut civil coutumier est en train d’être examiné notamment en croisant le fichier de l’état civil coutumier avec un certain nombre de fichiers sociaux (CAFAT ou aide médicale) ou administratifs (carte grise).

Nous constatons que l’Union Calédonienne, à l’occasion de son comité directeur du week-end dernier, a repris la proposition de Calédonie Ensemble sur l’inscription automatique sur la liste référendaire de TOUS les natifs de statut civil coutumier ou droit commun.

Cette proposition est essentielle car elle sécurisera la sincérité du scrutin et tuera dans l’oeuf toute velléité de contester son résultat.

À voir aussi :

Le Neobus : Une révolution et un enjeu stratégique pour le pays

(14 novembre 2018) Philippe MICHEL est président du Syndicat Mixte des Transports Urbains …