Accueil ACTUALITÉS Harold Martin : « Je préfère avoir un indépendantiste dur comme M. Mapou à l’Assemblée nationale » (RRB – 14 juin 2017 – 11h45)

Harold Martin : « Je préfère avoir un indépendantiste dur comme M. Mapou à l’Assemblée nationale » (RRB – 14 juin 2017 – 11h45)

( 14 juin 2017 ) Harold Martin vient de prendre publiquement position en faveur du candidat du FLNKS pour le second tour des élections législatives, en déclarant sur RRB « Je préfère avoir un M. Mapou à l’Assemblée nationale (…) parce qu’il a une position claire que je respecte, il veut l’indépendance ».

Il affirme qu’il ne votera pas pour le candidat non-indépendantiste Philippe Gomès lors du second tour. Il appelle ses électeurs à en faire de même « en votant blanc ou nul » ou à s’abstenir… Et s’il fallait être plus explicite dans son soutien à Louis Mapou, il précise au micro de NC 1ère radio, à propos du mandat de Rock Pidjot, seul député indépendantiste qu’ait jamais compté la Nouvelle-Calédonie : « on n’a pas été malade pour autant »…

Cette position confirme qu’Harold Martin n’était candidat aux législatives que pour faire élire un indépendantiste, à défaut d’être lui-même élu. Elle démontre que sa théorie fumeuse du complot pour « l’indépendance-association » n’était qu’une invention destinée à lui servir d’alibi pour régler ses comptes avec Philippe Gomès y compris en favorisant l’élection d’un indépendantiste à l’Assemblée nationale.

La trahison de la Calédonie française

C’est la première fois dans l’histoire politique de notre pays qu’un responsable non-indépendantiste soutient ouvertement un candidat du FLNKS aux élections législatives.

Et cette trahison délibérée de la Nouvelle-Calédonie française est d’autant plus grave qu’à 18 mois du référendum « pour ou contre l’indépendance », elle peut permettre à la revendication indépendantiste de trouver un écho renforcé auprès du Président de la République, du Premier Ministre, du Parlement, des médias et de l’opinion publique française.

Enfin, dans la perspective du référendum de 2018, elle galvanisera aussi sans nul doute « le peuple indépendantiste » pour reprendre la formule de Louis Mapou.

L’heure du choix pour chaque Calédonien partisan de la Calédonie dans la France

Face à la forte capacité de mobilisation de l’électorat indépendantiste, dont le candidat est arrivé nettement en tête au soir du 1er tour, Calédonie Ensemble appelle chaque électeur non-indépendantiste à se mobiliser dimanche 18 juin.

Tous les Calédoniens qui sont, comme nous, convaincus de la nécessité de maintenir la Nouvelle-Calédonie dans la France doivent savoir que chaque bulletin blanc, chaque bulletin nul ou chaque voix qui manquera au candidat non-indépendantiste favorisera l’élection d’un député indépendantiste.

À voir aussi :

Rencontre citoyenne du 17 avril : Calédonie Ensemble associe la population calédonienne à la sortie de l’Accord de Nouméa

(17 avril 2018) Si la question du référendum du 4 novembre 2018 est déjà connue – « …