Accueil ACTUALITÉS Philippe Gomès : Les 12 engagements pour le pays que je défendrai à l’Assemblée nationale

Philippe Gomès : Les 12 engagements pour le pays que je défendrai à l’Assemblée nationale

Dimanche dernier, à l’occasion du premier tour des élections législatives, vous avez été 9000 à nous accorder votre confiance. Soyez-en sincèrement remerciés.

Avec 17 000 voix rassemblées dans les deux circonscriptions, Calédonie Ensemble, seul mouvement représentatif du pays dans toutes ses dimensions géographiques, culturelles et sociales, demeure, de très loin, la première formation politique de Nouvelle-Calédonie.

Dans la 2e circonscription, dimanche dernier, diverses sensibilités non-indépendantistes se sont exprimées. C’est la démocratie. Le 2ème tour, ce 18 juin, nous ramène à l’essentiel : deux candidats s’affrontent, l’un défendant l’avenir de la Nouvelle- Calédonie au sein de la France, Philippe Gomès, et l’autre, l’accession du pays à l’indépendance, Louis Mapou.

Dans ce contexte, ce dimanche 18 juin, votre responsabilité est majeure : vous élirez le député qui portera une vision de l’avenir du pays à l’Assemblée Nationale.

En ce qui nous concerne, à la veille du référendum de novembre 2018, nous exprimerons la vision non-indépendantiste du pays – qui est majoritaire – autour de quatre idées essentielles :

Notre pays doit poursuivre son chemin au sein de la France. 164 années d’histoire nous lient. Le maintien de notre niveau de vie et de l’exercice des missions régaliennes (forces de l’ordre, justice, armée) en dépend.

Notre pays doit rétablir la sécurité, première des libertés, l’augmentation de la délinquance atteignant des niveaux inacceptables.

Notre pays doit nourrir le dialogue engagé depuis 30 ans entre indépendantistes et non indépendantistes, dans le respect des convictions de chacun.

Notre pays doit maintenir la paix reçue en héritage de Jacques Lafleur et de Jean-Marie Tjibaou. Elle nous a permis de tisser notre vivre ensemble.

Le candidat qui nous est opposé – Louis Mapou – porte le projet de l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. S’il l’emporte, ce sera la première fois depuis 40 ans qu’un député indépendantiste siégera à l’Assemblée nationale. La revendication d’indépendance se fera entendre au plus haut niveau de l’État, aussi bien auprès du Parlement de la République que du gouvernement.

Ce serait une défaite pour ceux qui, comme nous, considèrent que l’avenir de notre pays doit continuer à s’inscrire au sein de la France.

Comme il l’a prouvé en 2012, l’électorat indépendantiste est capable d’une forte mobilisation. Face à ce risque, aucune voix ne doit manquer au candidat non-indépendantiste car toute abstention constituera une voix de plus pour le candidat indépendantiste et favorisera son élection.

C’est pourquoi nous vous demandons de vous mobiliser le 18 juin prochain et de nous soutenir. L’avenir d’une Nouvelle-Calédonie affirmant on identité particulière au sein de la République en dépend.

À voir aussi :

Rencontre citoyenne à Thio, mercredi 19 septembre 2018 à 18h

Le 4 novembre prochain, les Calédoniens devront répondre par « oui » ou par « non » à la q…