(30 novembre 2017) – Vers 6h ce matin, deux « blue boats » ont été interceptés par les FANC au large des côtes de Bélep. A leurs bords, des centaines de kilos d’holothuries crapuleusement pillées dans nos eaux territoriales.

Cela fait plus d’un an que nous subissons l’intrusion de ces pirates de la mer.

Depuis mai 2016, pas moins de 70 embarcations illégales ont été identifiées, 55 verbalisées, une quinzaine ont été arraisonnées ou déroutées, et près de 30 tonnes d’holothuries ont été saisies dans la zone économique exclusive (ZEE) de Nouvelle-Calédonie.

Des mois que les pêcheurs professionnels de Bélep et du Nord se révoltent – à juste titre -contre le saccage de ces richesses halieutiques et le pillage de nos stocks d’holothuries.

Dès août 2017, nous avions saisi le Premier Ministre : « nos deux patrouilleurs P 400 sont hors d’âge ! » et leur renouvellement s’impose. Comment concevoir que les matériels actuellement en service, vieux de près de quarante ans, puissent efficacement assurer la protection et la surveillance de notre ZEE, soit 1,8 million de km² ?

C’est impossible, malgré toute la réactivité dont font preuve les forces armées, la Marine nationale et les services de l’Etat.

Parce que les espaces maritimes sont cruciaux pour la défense de notre territoire et de ses intérêts, nous demandons de nouveau à l’État, garant de la protection et de la surveillance des eaux territoriales calédoniennes, de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour la protection de nos ressources.

À voir aussi :

Communiqué de la plate-forme : Fin de la crise politique du Gouvernement

( 1er décembre 2017 ) – L’intergoupe (Calédonie Ensemble, Rassemblement les Républic…