Accueil ACTUALITÉS « La question du référendum ne peut pas être changée, elle est constitutionnalisée »

« La question du référendum ne peut pas être changée, elle est constitutionnalisée »

(30 novembre 2017) – Le 23 novembre dernier Philippe DUNOYER a, lors de la tenue du groupe de travail sur la préparation de la consultation de sortie, demandé au Haut-commissaire de rappeler aux participants le cadre juridique dans lequel s’inscrit la consultation du référendum d’autodétermination. Il n’a jamais dit, envisagé ou supposé qu’il fallait modifier la question du référendum.

Il s’agissait d’un travail de fond, mené à huis clos, sur un sujet majeur pour le pays, et dont l’enjeu est crucial pour l’avenir des Calédoniens.

Mais un participant du groupe MARTIN-BACKES, guérillero aux petits bras, a relayé sur les réseaux sociaux des extraits d’un relevé de conclusions altéré de ces débats, créant la rumeur selon laquelle le député DUNOYER lui-même s’interrogerait… Et d’affirmer « Calédonie Ensemble en route pour changer la question du référendum et violer l’Accord de NOUMEA ? »

Quand la malhonnêteté et la turpitude l’emportent sur le fond du débat, c’est le pays tout entier qui recule.

  • Nous l’avons précisé à maintes reprises, notamment dans un article des Nouvelles Calédoniennes intitulé « Comment voient-ils l’avenir institutionnel ? » (30.05.2017), où Philippe GOMES rappelait que « la question sera Oui ou Non à l’indépendance. Elle ne peut être réécrite, car elle est constitutionnalisée » ;
  • Samedi dernier encore, lors du congrès de Calédonie Ensemble, devant près de mille Calédoniens, nous avons réaffirmé qu’« il n’a jamais été question de modifier ou pas la question, elle est constitutionnalisée et ce sera oui ou non à l’indépendance, donc on va vers cette échéance depuis l’origine, cette échéance(…) on doit l’affronter, on doit l’assumer, on doit la regarder en face ».

Et c’est parce que cette question qui nous divise sur la souveraineté pleine et entière du pays s’impose à nous que nous devons travailler ensemble à une déclaration commune sur ce qui fait notre patrimoine commun.

Ces derniers jours, la propagation des fake news sur le web est flagrante de la part de ceux qui tentent de dresser les Calédoniens les uns contre les autres.

Pour préparer 2018, date de notre nouveau grand rendez-vous avec l’Histoire, il nous faut plus que jamais maintenir les fils du dialogue, et nous mettre au travail pour qu’au lendemain du référendum, nous continuons sur la voie du destin commun.

À voir aussi :

Communiqué de la plate-forme : Fin de la crise politique du Gouvernement

( 1er décembre 2017 ) – L’intergoupe (Calédonie Ensemble, Rassemblement les Républic…