Accueil VU SUR LE WEB Nouvelle-Calédonie, Édouard Philippe balise le chemin du référendum

Nouvelle-Calédonie, Édouard Philippe balise le chemin du référendum

( 5 décembre 2017 ) Source : La Croix Le premier ministre a présenté mardi 5 décembre devant le Congrès de Nouvelle-Calédonie sa « méthode » pour préparer le référendum sur l’indépendance prévu en 2018.

Tout au long de ses quatre jours en Nouvelle-Calédonie, Édouard Philippe, qui découvrait ce territoire du Pacifique, a beaucoup écouté, multipliant les entretiens. Il s’est aussi attaché à expliquer comment l’État allait se positionner pour accompagner le processus de sortie de l’accord de Nouméa qui doit se solder par une consultation référendaire, proposant une « méthode » pour que le dialogue entre les partenaires politiques du territoire soit apaisé et permette de faire émerger le destin commun des Calédoniens.

« L’État prendra toute sa responsabilité dans l’organisation du référendum »

« On a construit quelque chose ici qui a de la valeur. C’est prometteur et assez rare », a-t-il constaté. Une manière de saluer le travail accompli depuis trente ans, depuis la signature des accords Matignon-Oudinot portés par Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou et leur engagement pour la paix. Il a d’ailleurs tenu à se recueillir sur la tombe des deux hommes. Et lorsqu’il s’est exprimé devant les 54 membres du Congrès, saluant « l’héritage » et « les acquis » des trente dernières années, c’est avec le souci de convaincre ses interlocuteurs qu’il venait pour aider les Calédoniens à faire leur choix, et non pour imposer une solution.

À LIRE : Nouvelle-Calédonie, Édouard Philippe en conciliateur

Il a ainsi d’abord voulu rassurer : « la consultation aura lieu », « l’État prendra toute sa responsabilité dans son organisation » et le résultat devra « être considéré comme légitime et sincère ». Puis il a demandé aux élus du Congrès de se mettre d’accord sur la date du référendum et souhaité qu’ils puissent réfléchir à la question qui sera posée. Ce sont donc les Calédoniens d’abord qui doivent s’organiser entre eux, mais s’ils n’y parviennent pas, l’État prendra le relais. En tout état de cause, le référendum doit avoir lieu fin novembre 2018. Et pour préparer cette échéance, Édouard Philippe a posé une méthode basée sur le dialogue entre indépendantistes et loyalistes.

« Quatre thèmes de travail »

Il souhaite ainsi « un dialogue resserré » avec une « dizaine de représentants des forces politiques » calédoniennes nommément désignés. Le premier ministre veut aussi que les échanges ne soient pas bornés dans le temps. Il propose des points de rendez-vous, dont un comité des signataires de l’accord de Nouméa, en mars à Paris, qu’il présidera lui-même, et des discussions autour de « quatre thèmes de travail » afin d’aboutir, d’ici à la fin du premier semestre 2018, à « un socle d’analyses et de valeurs permettant d’avancer ».

Seront évoqués « le bilan » de l’accord de Nouméa, « les compétences transférées ou à transférer » de l’État français à l’archipel, « la place de la Nouvelle-Calédonie dans le monde » et « les valeurs et projets qui font consensus ».

Une démarche appréciée

« J’ai confiance », a répété le premier ministre tout au long de son voyage. Les élus de tous bords ont salué la démarche. Le sénateur Pierre Frogier (LR) s’est félicité que « l’État redevienne un acteur déterminant de l’Accord de Nouméa », tandis que le député Philippe Gomès (UDI) a salué « la méthode » proposée, insistant sur la volonté du premier ministre de « préparer la vie d’après » le référendum.

LIRE AUSSI : Du « nationalisme kanak » au « nationalisme calédonien »

Du côté indépendantiste, Louis Mapou, chef du groupe UNI-FLNKS, s’est réjoui qu’Édouard Philippe ait « fait référence au peuple calédonien, ce qui est plutôt rare de la part d’un haut responsable de la République ». Enfin Roch Wamytan, chef du groupe UC-FLNKS, a apprécié que le chef de gouvernement parle « de l’identité kanak, mais aussi de l’identité calédonienne ».

Jean-Francois Bodin (à Nouméa)

Source : La Croix

À voir aussi :

Soirée de remerciements du comité des Îles

( 15 décembre 2017 ) Philippe Dunoyer : « A l’aube des fêtes de fin d’année, j’ai eu le pl…