Accueil ACTUALITÉS La gestion gabégique de la majorité municipale à Païta

La gestion gabégique de la majorité municipale à Païta

(1er mars 2018) Le Conseil Municipal de Païta a examiné ce jour le rapport d’orientation budgétaire pour l’exercice 2018.

Ce rapport fait le point sur la gestion de la commune depuis ces dernières années.

Il est riche d’enseignements et ceux-ci ne sont pas à l’honneur de l’équipe municipale en place.

Il apparaît en effet que le taux d’épargne de la commune est nettement inférieur à ce qu’il devrait être, tandis que les dépenses de personnel atteignent la limite maximale de ce qui est toléré.

Les dépenses de personnel depuis l’exercice 2014 ont augmenté de 23 % tandis que les charges externes ont augmenté de 32 %.

Les dépenses totales de la commune ont augmenté depuis 2014 de 14,7 %.

Pourtant dans le même temps, les subventions accordées par la commune aux associations ont diminué de 63 % depuis 2014.

La commune n’a pas non plus inscrit des provisions comme la loi l’y oblige.

Le groupe majoritaire au Conseil Municipal prétend que ces mauvais résultats s’expliquent par une baisse des recettes de la commune due à la diminution de la dotation communale de la Nouvelle-Calédonie et de l’Etat en faveur de Païta.

Pourtant les chiffres même de l’exécutif municipal démentent cette présentation.

En effet, les recettes de la commune ont augmenté depuis 2014 de 10,6 %, tandis que les dotations au titre du FIP et la DGF ont augmenté de 12 % depuis 2014.

Enfin, l’endettement de la commune suit une augmentation constante qui sera encore aggravée en 2018 pour atteindre plus de 75 % du total du budget annuel.

Ainsi, le résultat de la gestion de l’exécutif municipal depuis 2014 est que les dépenses explosent sans réel contrôle, notamment les dépenses de personnel, et cette augmentation des dépenses est largement supérieure à l’augmentation des recettes pourtant réelle.

Le Groupe « POUR UN SOUFFLE NOUVEAU A PAITA – CALEDONIE ENSEMBLE » fait donc part de sa préoccupation pour l’avenir de la commune car les dépenses ne peuvent pas augmenter plus vite que les recettes.

Nous ne pouvons que regretter cette dérive budgétaire qui place la commune en situation de précarité et risque d’obérer durablement les finances communales.

* * *

Le ratio dépenses de personnel sur recettes réelles de fonctionnement atteint le seuil maximal préconisé par l’AFD :

Frédéric De Greslan

À voir aussi :

Conformément aux engagements pris par Calédonie Ensemble lors du lancement de la réforme de la TGC : Baisse des prix sur les produits alimentaires, d’hygiène et d’entretien, et des pièces détachées automobile (ISEE- Bulletin Octobre 2018)

(16 novembre 2018) Pour la première fois depuis l’entrée en vigueur de la TGC, le 1er octo…