Accueil VU SUR LE WEB Installation d’une autorité de la concurrence en Nouvelle-Calédonie

Installation d’une autorité de la concurrence en Nouvelle-Calédonie

Nouméa, France | AFP | jeudi 28/02/2018 – Une autorité de la concurrence a été installée mercredi en Nouvelle-Calédonie, où l’économie est marquée par des prix élevés et une faible compétition entre les acteurs, a constaté l’AFP.

Présidée par Aurélie Zoude-Leberre, auparavant administrative à l’Assemblée nationale, cette instance comprend trois membres non-permanents et un rapporteur général. Six agents vont également être recrutés.

Cette autorité administrative indépendante, la première du genre en Nouvelle-Calédonie dont la mise en place a pris neuf ans, veillera à l’application de la loi du pays relative à la concurrence votée en 2013 par les élus territoriaux.

Celle-ci encadre notamment le rachat et la fusion d’entreprise, contrôle l’ouverture de nouvelles surfaces et oblige les opérateurs en situation dominante à céder une part de leurs actifs.
L’Autorité de la concurrence aura une mission consultative, préventive mais aussi un pouvoir de sanction dans une économie insulaire où la concurrence s’exerce insuffisamment, en raison de l’étroitesse du marché et de la mise sous cloche de certains secteurs.

« Les protections de marché ont leur justification pour des industries naissantes. Mais quand un secteur économique devient mature, il faut l’ouvrir à la concurrence. Sinon on crée une rente pénalisante pour les consommateurs et pour les prix », a déclaré Aurélie Zoude-Leberre en marge de la cérémonie d’installation de l’Autorité.
Le député Philippe Gomes (droite modérée), qui a bataillé pour sa création, a de son côté rappelé que « la Nouvelle-Calédonie était le territoire le plus cher de la République française », selon une étude publiée en 2010.
« Dans les îles, l’économie démocratique de marché n’est pas automatiquement garantie », a-t-il déclaré.
De nombreux secteurs de l’économie, telles que la grande distribution, l’automobile ou l’agroalimentaire, sont entre les mains d’un petit nombre d’acteurs en situation dominante.

Source : Tahiti info

À voir aussi :

Dialoguer pour un avenir dans la France aux couleurs de la paix

(6 juillet 2018) Depuis plusieurs semaines maintenant, dans l’agglomération, la brousse et…