Accueil ACTUALITÉS Bruno RETAILLEAU (président Groupe LR au Sénat) : « Le peuple du caillou devra dire si oui ou si non il souhaite rester en France »

Bruno RETAILLEAU (président Groupe LR au Sénat) : « Le peuple du caillou devra dire si oui ou si non il souhaite rester en France »

(27 mai 2018) Si Calédonie Ensemble défend fièrement l’idée d’un peuple calédonien, c’est parce que ce peuple a une histoire, une reconnaissance incontestable, et un avenir.

Le peuple calédonien a une histoire commune longue de plus de 165 ans durant laquelle les populations plurielles du pays « vont se croiser, se heurter, combattre ensemble lors des conflits mondiaux, se métisser, entremêlant leurs cultures par le sang, la sueur, la spiritualité, la fraternité parfois, dans la quête d’une vie meilleure ». Une histoire qui aujourd’hui permet aux calédoniens de toutes les origines de pouvoir conjuguer les appartenances.

Le peuple calédonien a une reconnaissance, aussi, parce que l’Accord de NOUMEA constitutionnalisé trace la perspective d’une « communauté de destin choisie » qui trouve sa traduction dans le droit à l’autodétermination partagé, et dans la création de la citoyenneté calédonienne permettant « au peuple d’origine de constituer avec les hommes et les femmes qui y vivent une communauté humaine affirmant son destin commun ».

Le peuple calédonien a enfin un avenir, sur lequel il est souverain, et qui connaîtra une nouvelle étape, à l’issue du référendum du 4 novembre prochain.

Localement, certains récusent encore l’existence du peuple calédonien. D’autres n’osent pas le nommer. Et pourtant…

Gérard Larcher, président Les Républicains du Sénat, dans son intervention du 23 février 2016 devant le congrès, en se référant aux « miracles » des accords de Matignon, affirmait : « (…) l’unité du peuple calédonien a prévalu et s’incarne dans la citoyenneté inscrite dans la loi organique du 19 mars 1999 ».

Édouard Philippe, Premier ministre, devant le congrès de la Nouvelle-Calédonie le 5 décembre 2017, affirmait : « Le peuple calédonien tel qu’il a été constitué selon l’Accord de Nouméa, (…) va se prononcer sur l’avenir politique de la Nouvelle-Calédonie. (…) Ce sera bien le peuple calédonien qui se prononcera souverainement ».

Aujourd’hui, c’est Bruno RETAILLEAU, président du groupe Les Républicains (LR) au Sénat, qui, de passage en Nouvelle-Calédonie, déclare (JT NC 1ere du 25.05.2018) : « « (…)Nous avons rendez-vous avec l’histoire.(…) Le peuple du caillou, de l’archipel, devra désormais dire si oui ou si non il souhaite rester en France. »

À voir aussi :

Réunion à la Tribu de Gelima à Canala

Le 18 octobre, le sénateur Gérard POADJA, accompagné de Corine VOISIN et Alex NEMEBREUX, r…