Accueil Concentré d'actu Concentré d’actu : 13 juin 2018

Concentré d’actu : 13 juin 2018

 

 

 

 

Discussions sur l’avenir : Le Premier ministre rappelle l’essentiel : La poursuite du dialogue

Alors que le groupe MARTIN/BACKES et le Rassemblement ont claqué pour la seconde fois (le 28.02 pour la première, puis le 31.05) la porte des discussions sur l’avenir, le Premier ministre a tenu à rappeler dans un communiqué dédié au rôle du groupe de dialogue sur le Chemin de l’avenir (6.06.2018) : « Je demeure totalement impliqué dans la poursuite du dialogue, vertu au cœur du processus politique exceptionnel de ces trente dernières années ». « Il faut rechercher ce qui unit la société Calédonienne ».

Un engagement que Calédonie Ensemble et les autres membres du groupe « Chemin de l’avenir » ont pris, également, à l’issue de la dernière séance.

Dénonçant l’irresponsabilité de ceux qui s’échappent face aux enjeux, le député Philippe GOMES a précisé à la presse nationale : « Plus que jamais, le sens du dialogue doit nous animer. Et plus que jamais, ce dialogue repose sur nos épaules ».

Pour en savoir plus

Belle victoire de la liste « Intérêt communal de BOURAIL » de Patrick ROBELIN et Gyslène DAMBREVILLE

Avec plus de 40% des voix au second tour, l’équipe « Intérêt communal de BOURAIL » menée par Patrick ROBELIN et Gyslène DAMBREVILLE a décroché ce dimanche 21 sièges sur les 29 du conseil municipal de BOURAIL.

Une très belle victoire, qui va permettre à cette équipe expérimentée de rapidement mettre en œuvre son programme et sa méthode.

Bravo à tous pour cette belle victoire de l’intérêt général dans l’une de nos plus belles communes de Brousse !

Alexandre Nemebreux, -à- nouveau maire de Sarraméa !

Une opposition qui voulait marchander des postes d’adjoint pensait qu’elle aurait eu raison de lui en forçant le retour aux urnes. Il n’en a rien été.

Alexandre Nemebreux, dont la liste était arrivée largement en tête au premier tour le 3 juin, a transformé l’essai, en s’alliant avec la liste « SARRAMEA AUTREMENT », emportant ainsi la mairie, et retrouvant son siège de maire. Bravo Alexandre !

L’UDI et l’Union centriste sur le terrain calédonien

Ce lundi, lors de notre réunion hebdomadaire de direction collégiale, nous avons eu l’honneur d’accueillir parmi nous Hervé MARSEILLE, président du groupe Union Centriste au Sénat -2ème force politique de la Haute Assemblée avec 50 sénateurs-, Jean Christophe LAGARDE, président National de l’UDI, coprésident du groupe UDI Agir et Indépendants -32 députés-, Jean-François LONGEOT (Sénateur du Doubs, vice-président de la Délégation sénatoriale aux Outre-mer), Eric Helard, vice-président du groupe UDI au Conseil de Paris et à la Métropole du Grand Paris, Délégué Départemental de l’UDI-PARIS, membre du bureau exécutif de l’UDI, et Sébastien Guerin, secrétaire-Général-adjoint du groupe UDI-Agir et Indépendants à l’Assemblée nationale et Conseiller politique de Jean-Christophe Lagarde.

A cinq mois du référendum, ils ont tenu à venir rencontrer les institutions et les forces politiques du pays, pour échanger, se rendre compte sur le terrain, et mieux comprendre les enjeux de la consultation sur l’autodétermination, à laquelle nous sommes appelés, le 4 novembre prochain.

Durant leur séjour, ils ont visité le Camp Est, se sont rendus en province Nord, ont rencontré le Sénat coutumier et l’association « Témoignages d’un passé », sur le site du bagne, pour se faire expliquer cette tranche d’histoire de notre pays.

Devant la direction collégiale, ils ont exprimé leurs convictions : la voie empruntée par Calédonie Ensemble, prônant le dialogue et la responsabilité politique, pour que le jour d’après, la Nouvelle-Calédonie continue sur la voie de la communauté de destin, dans la France et dans la paix, est la seule qui vaille.

Pour en savoir plus

Nicolas METZDORF : « En marche, ensemble ! »

Faisant suite à l’adhésion de plusieurs jeunes cadres de Calédonie Ensemble à LaREM, Christophe Castaner, délégué général de La République En Marche, a publié un communiqué pour s’en féliciter.

Il en a également profité pour rappeler que seul Patrick Louis avait été nommé officiellement par le siège Parisien afin de structurer le mouvement en Nouvelle-Caledonie.

Nous sommes ainsi prêts à nous engager aux côtés de Patrick Louis afin, qu’à son tour, la Nouvelle-Calédonie soit En Marche !

Pour en savoir plus

Rencontre Citoyenne à LIFOU : Au plus près des Loyaltiens !

Au faré de la province des Iles, près de 130 personnes sont venues écouter Philippe DUNOYER, Hélène IEKAWE, Leornard SAM, Marie-Françoise HMEUN, Dominique MOLE et Annie QAEZE.

De nombreuses questions dans le public ont rythmé les 3 heures de débats de cette première rencontre citoyenne aux îles Loyautés, avant celles de Maré en septembre et d’Ouvéa.

L’occasion de dresser un bilan de l’Accord de Nouméa, de présenter les décisions prises pour garantir la sincérité et la sérénité du scrutin et l’acceptation par tous de son résultat, de revenir sur les modalités spécifiques de vote aux électeurs inscrits dans les îles, et d’exposer le projet d’une nouvelle organisation politique post-référendaire que nous portons.

Une journée également marquée par des rencontres avec les responsables institutionnels (le président de la province des Iles, Néko HNEPEUNE, puis le maire de Lifou, Robert XOWIE), avec les responsables coutumiers au Conseil d’aire, et qui s’est achevée par une réunion publique d’information à 18h à la maison commune de Xépénéhé.

Prochaines réunions :

Hommage à la mémoire du Pasteur Ben Hombouy

Le décès accidentel du Pasteur Béniéla Hombouy le 4 juin dernier, nous a tous rendu les orphelins de cet esprit éclairé. Homme de dialogue, le Pasteur Ben laisse dans le pays une parole de référence ayant pris part à l’évolution des mentalités et des consciences de chacun.

Philippe GOMES : L’État doit accompagner la mise en œuvre d’un réseau de radars fixes et système associé de gestion des contraventions

A l’occasion du Printemps de l’évaluation, consacré à l’exécution budgétaire de la mission « Sécurité », Philippe GOMES a interpellé le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, sur la sécurité routière en Nouvelle-Calédonie : Avec 4 fois plus de morts par habitants qu’en Métropole, notre île demeure bien tristement le « royaume de la mortalité routière ».

La mise en œuvre d’un réseau de radars routiers et d’un système de suivi et de gestion des infractions sont, pour le pays, des priorités pour lutter contre cette situation dramatique.

Philippe GOMES a sollicité un audit de l’État pour que le pays puisse efficacement mettre en œuvre un réseau de radars routiers, en y associant un système automatisé de suivi des contraventions.

Pour en savoir plus

Martine Lagneau visite le Caledonian-Wake-Parc de Ouano

Martine Lagneau, première vice-présidente de la province Sud et ancienne chef d’entreprise, le sait mieux que quiconque : Les premières années de vie d’une société sont cruciales. Grâce à un accompagnement personnalisé, le soutien économique de la province Sud permet à des projets de voir le jour, et aux entreprises de s’inscrire dans la durée. Focus cette semaine sur le futur Caledonian-Wake-Parc de Ouano, spot bien connu de la brousse calédonienne.

Pour en savoir plus

L’IGAS éclaire le chemin de la réforme du système de santé calédonien

Comme le gouvernement s’y était engagé, le rapport de la mission de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a été livré, et présenté le 6 juin aux acteurs concernés, puis aux groupes politiques du congrès.

35 recommandations regroupées en 11 volets, pour une réforme de la CAFAT, la création d’une Autorité indépendante de régulation, d’une commission des comptes de la protection sociale ainsi que la fixation chaque année « d’un objectif de maîtrise des dépenses » sont préconisés.

« C’est un rapport de grande qualité. (…) Les préconisations vont permettre de passer d’une organisation archaïque à un système moderne, structuré à tous les niveaux » a tenu à souligner le président du gouvernement, Philippe GERMAIN.

Pour en savoir plus

Le Tourisme est l’affaire de tous !

C’est l’objectif de la Stratégie de développement touristique des services et des loisirs 2025, issu des Ateliers du tourisme initiés par la province Sud en 2015 et qui a permis de recueillir les avis et les recommandations de l’ensemble des acteurs du secteur.

Martine LAGNEAU : « Ce travail collectif est indispensable pour réussir une coordination et une gouvernance au niveau Pays »

Philippe MICHEL : « La province est la première des quatre collectivités concernées à adopter ce schéma »

Après la province Sud, ce sera au tour des provinces Nord et Iles, et du Congrès de donner leur feu vert afin de permettre la mise en place de l’Agence de développement touristique de la Nouvelle-Caledonie (ADT) d’ici fin 2018 qui assurera le suivi de cette Stratégie.

Pour en savoir plus

Un « agri-tour » pour Nicolas Metzdorf

Koumac, Koné, Pouembout, Ouegoua et La Foa : Deux jours de rencontres dans les communes de l’intérieur pour Nicolas Metzdorf, membre du gouvernement en charge de l’agriculture. Au programme : Echanger avec les professionnels sur les avancées de la Réforme Agricole.

RUGBY : A nous le ballon ovale ou la Nouvelle-Calédonie en passe de transformer l’essai !

Pour la première fois en visite sur le territoire, Bernard LAPORTE, président de la fédération française de rugby a de nombreux projets pour le Rugby local dans son sac de sport, comme développer les structures dédiées, le rugby à 7, et faire de la Nouvelle-Calédonie la base arrière d’entrainement de l’équipe de France à 7 pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Tout en saluant au passage le potentiel féminin dans la discipline. Philippe GERMAIN : « Nous avons abordé ce matin avec Bernard LAPORTE le projet de création d’une académie du rugby pour les meilleurs d’entre eux. Un projet est sur la table, nous y travaillons déjà ».

Pour en savoir plus

Pour que continue à vivre le « rêve calédonien »

Cette semaine, un nouvel extrait de l’article intitulé « Pour que continue à vivre le « rêve calédonien » (cf. N° 31 de la Revue juridique, politique et économique de la Nouvelle-Calédonie), au travers duquel le député Philippe GOMES exprime sa vision pour le pays. Regard porté sur l’histoire commune, l’actualité et l’avenir de notre pays, et du peuple calédonien.

Extrait :

(…)

Un référendum qui résulte d’un double échec calédonien

« Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ».

Cette question illustre un double échec calédonien :

L’échec des indépendantistes qui, selon le mot de Jean-Marie Tjibaou au lendemain des accords de Matignon devaient « convaincre les autres de venir avec nous ». 30 ans après, les « autres » ne sont pas convaincus. De plus en plus de Calédoniens d’origine kanak s’interrogent sur les conditions de vie qui leur seront offertes à eux, et à leurs enfants, dans cette « Kanaky » qu’on leur promet et dont les contours restent incertains.

L’échec des non-indépendantistes, depuis la proposition faite par Jacques Lafleur en 2004 d’une nouvelle « solution consensuelle », en lieu et place d’un référendum pour ou contre l’indépendance en 2018. Nous aurions souhaité, à l’instar des accords de Matignon et de Nouméa, une solution partagée par tous qui permette à la Nouvelle-Calédonie de continuer à s’émanciper au sein de la République. Là aussi, nous n’avons pas réussi à convaincre les indépendantistes de notre projet et avons dû faire le deuil de cette solution consensuelle car, « de la même manière que le renoncement à l’indépendance n’est pas acceptable pour les indépendantistes, aucune formule d’indépendance ou d’indépendance association n’est envisageable pour nous ».

30 ans après les accords de Matignon, à la veille de la consultation, la question de la souveraineté de la République française sur la terre de notre pays continue à se poser avec la même acuité : pour les uns, elle les protège, pour les autres, ils la subissent.

Un référendum dont on connaît déjà le résultat

Sur les 169 000 électeurs inscrits sur la liste référendaire -chiffre qui intègre les 11 000 Calédoniens qui bénéficieront d’une inscription d’office conformément à la loi- 77 000 Calédoniens sont de statut coutumier et 92 000 de droit commun.

Le peuple autochtone du pays est donc, au sein même de la population intéressée telle que définie par les accords de Matignon et de Nouméa, désormais minoritaire. Le nombre d’électeurs sur la liste référendaire est à peu près équivalent à celui de la liste électorale spéciale pour les élections provinciales.

En conséquence, le résultat du référendum ne fait guère de doute : lors de chaque scrutin provincial, depuis 1999, 60 % des Calédoniens portent leurs voix sur des listes non indépendantistes et 40 % sur des listes indépendantistes.

On peut donc raisonnablement considérer que 60 voire 70 % des électeurs s’exprimeront contre l’accès de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté : c’est une chose d’être de sensibilité indépendantiste, c’en est une autre de considérer que son pays est prêt à devenir un État indépendant.

(…)

À voir aussi :

Référendum du 4 novembre 2018 : Un lien de souveraineté refondé entre la France et la Nouvelle-Calédonie Un dialogue et un consensus entre indépendantistes et non-indépendantistes plus que jamais nécessaires

Une consultation historique Ce 4 novembre, le peuple calédonien, souverain sur son destin,…