Accueil ACTUALITÉS Les mensonges de Virginie Ruffenach aux Calédoniens

Les mensonges de Virginie Ruffenach aux Calédoniens

(20 juin 2018) Au nom du Rassemblement-Les Républicains, Virginie Ruffenach publie « une lettre ouverte aux Calédoniens » dont la teneur appelle une mise au point.

Virginie Ruffenach ment lorsqu’elle prétend que Calédonie Ensemble ne s’est pas engagé à faire figurer le mot « indépendance » dans la question qui sera posée aux Calédoniens lors du référendum du 4 novembre prochain.
Calédonie Ensemble a formellement validé le libellé de cette question lors du dernier Comité des Signataires.

Virginie Ruffenach ment lorsqu’elle prétend que Calédonie Ensemble s’est engagé avec les indépendantistes dans des « alliances contre nature » La seule alliance que Calédonie Ensemble a conclue est celle « pour un avenir dans la France et dans la paix » passée avec le Rassemblement et le MPC dans le cadre de la plateforme du 15 juin 2017. Et c’est le Rassemblement qui Pa rompue…
Par contre, le Rassemblement lui, a bien conclu une « alliance contre nature » avec l’UC et le Parti Travailliste de Louis Kotra Urégei, lorsqu’il a fait élire Roch Wamytan à la présidence du Congrès et imposé le drapeau du FLNKS aux calédoniens.

Virginie Ruffenach ment lorsqu’elle prétend que Calédonie Ensemble aurait imposé un exposé des motifs sur la date du référendum, faisant la part belle à des critiques contre la colonisation. Cet exposé des motifs a été validé par Thierry Santa de la première à la dernière lettre dans le cadre du G10, parce qu’il reprenait au mot le mot deux phrases extraites du Préambule de l’Accord de Nouméa.

Virginie Ruffenach évoque enfin un labyrinthe dans lequel les leaders de Calédonie Ensemble se seraient « égarés ». Le fait est qu’ elle sait de quoi elle parle en matière d’égarement ! C’est bien Pierre FROGIER qui s’est perdu dans ses stratégies politiques de circonstances, le conduisant à vouloir « purger » l’indépendance en 2009 afin « qu’après on en parle plus », pour ensuite hisser le drapeau du FLNKS en 2010, réclamer le dialogue à tout prix depuis 2014, et finalement s’y opposer totalement aujourd’hui.

C’est cette trajectoire politique erratique qui a conduit le parti de Pierre FROGIER à passer de la première place avec 17 élus en 2004, à la dernière avec 5 élus en 2014.

Droit de réponse de Philippe Michel, secrétaire général de Calédonie Ensemble aux Nouvelles Calédoniennes le 20 juin dernier :

À voir aussi :

Réunion de la commission des finances et du budget au Congrès : 4,4 milliards supplémentaires pour l’équilibre des comptes sociaux !

(12 novembre 2018) Philippe DUNOYER : « J’ai présidé aujourd’hui la commission des finance…