Accueil ACTUALITÉS Le Premier Ministre, Edouard Philippe, en réponse à Philippe Gomès qui rendait hommage aux 3 hommes d’État qui ont permis à la Nouvelle-Calédonie de se réconcilier avec elle-même et avec la France : « L’art de la paix repose sur un dialogue exigeant qui accepte l’idée qu’on ne soit pas toujours d’accord (…) et dont le fil ne doit pas être rompu »

Le Premier Ministre, Edouard Philippe, en réponse à Philippe Gomès qui rendait hommage aux 3 hommes d’État qui ont permis à la Nouvelle-Calédonie de se réconcilier avec elle-même et avec la France : « L’art de la paix repose sur un dialogue exigeant qui accepte l’idée qu’on ne soit pas toujours d’accord (…) et dont le fil ne doit pas être rompu »

(26 juin 2018) A l’occasion du trentième anniversaire de la signature des Accords de Matignon, j’ai souhaité, lors de la séance de questions au Gouvernement, rendre un hommage solennel aux trois hommes d’État qui ont permis à la Nouvelle-Calédonie de se réconcilier avec elle-même et avec la France : Michel Rocard, Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou. J’ai rappelé qu’à l’instar du chemin tracé par nos grands anciens, le dialogue entre indépendantistes et non-indépendantistes demeurait la clé de voûte du maintien de la paix et de la construction du vivre-ensemble dans notre pays.

En réponse, le Premier Ministre a rappelé que « l’art de la paix repose sur une méthode : un dialogue ininterrompu, exigeant et direct qui accepte l’idée qu’on ne soit pas toujours d’accord (…) mais qui est fondé sur l’idée que nous ne devons pas rompre le fil de ce dialogue ».

Il a insisté sur le fait que ce sont « des valeurs communes qui existent et qui sont partagées, qui font que des hommes et des femmes venus d’horizons radicalement différents (…) veulent vivre ensemble, ce qui est la définition d’un peuple ».

Il a affirmé que « derrière la question binaire du référendum, nous devons tous avoir conscience (…) des valeurs partagées (…) du travail en commun dans le dialogue avec l’envie de construire la paix ».

Il a conclu en soulignant « la très grande responsabilité qui est devant le peuple de Nouvelle-Calédonie » et qu’il appartient « à nous tous d’être à la hauteur de nos responsabilités ».

Cliquez-ici pur lire le compte-rendu de la question et de la réponse du Premier Ministre

À voir aussi :

Une brochure pédagogique pour comprendre les conditions dans lesquelles s’organise et va se tenir la consultation du 4 novembre : Qui vote ? comment ? pourquoi ?

(13 octobre 2018) Dans le cadre de la campagne du référendum qui aura lieu le 4 novembre p…