Accueil ACTUALITÉS Un impératif pour notre pays : Donner les moyens nécessaires à la Marine pour protéger notre ZEE

Un impératif pour notre pays : Donner les moyens nécessaires à la Marine pour protéger notre ZEE

(27 juin 2018) Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue jeudi dernier à Paris, le Capitaine de Vaisseau Jean-Louis Fournier, Commandant de la zone maritime de Nouvelle-Calédonie, a dressé le bilan des opérations menées depuis près de deux ans par la marine française pour lutter contre l’invasion des Blue Boats dans nos eaux.

Les chiffres sont édifiants : 73 embarcations illégales identifiées, 20 arraisonnées, 9 déroutées, et près de 34 tonnes d’holothuries saisies dans la Zone Economique Exclusive (ZEE) de la Nouvelle-Calédonie.

Ces excellents résultats doivent être salués car ils témoignent de l’efficacité et de la mobilisation constante des Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), de la Marine nationale et des services de l’État, pour assurer la protection et la surveillance des eaux territoriales calédoniennes.

Mais face à la recrudescence des actes de piraterie observés ces 18 derniers mois, la lutte contre la pêche illicite demeure une préoccupation majeure pour notre pays et une mission d’envergure au regard de l’immensité de notre ZEE.

La vigilance doit donc rester de mise. C’est particulièrement le cas en ce qui concerne les moyens matériels actuellement mis à disposition de la Marine, dont la vétusté et l’âge avancé engendrent trop souvent des défaillances ou avaries techniques qui nuisent considérablement à l’action des FANC.

Depuis août 2017, nous demandons à l’Etat le renouvellement de nos deux patrouilleurs P 400, vieux de près de quarante ans. Ces demandes viennent de trouver un écho favorable puisque, le mois dernier, lors de l’examen au Parlement du projet de loi de programmation militaire 2019 à 2025, la Ministre des Armées nous a confirmé la livraison de deux nouveaux patrouilleurs à l’horizon 2021-2022.

Le 5 mai au Théâtre de l’Ile, le Président de la République rappelait la nécessité de préserver les intérêts de la Nouvelle-Calédonie dans le Pacifique et soulignait notre rôle crucial dans la stratégie indopacifique de la France, deuxième puissance maritime du monde.

Plus que jamais, la protection des eaux territoriales françaises et la souveraineté de la France sur ses espaces ultramarins sont des priorités absolues.

 

À voir aussi :

Réunion à la Tribu de Gelima à Canala

Le 18 octobre, le sénateur Gérard POADJA, accompagné de Corine VOISIN et Alex NEMEBREUX, r…