Accueil ACTUALITÉS Dix ans de classement du lagon au patrimoine mondial de l’Humanité donnent corps au premier projet identitaire calédonien, pour la reconnaissance et la préservation d’un élément essentiel de notre patrimoine commun

Dix ans de classement du lagon au patrimoine mondial de l’Humanité donnent corps au premier projet identitaire calédonien, pour la reconnaissance et la préservation d’un élément essentiel de notre patrimoine commun

(5 juillet 2018) Le classement de notre lagon au rang de « patrimoine mondial de l’Humanité », obtenu le 8 juillet 2008, auprès de l’UNESCO, a été le fruit d’un long travail. Après un premier échec de la procédure, en 2001, le dossier a été érigé comme priorité d’action dès 2004 par la province Sud, alors présidée par Philippe GOMES. C’est devenu une réussite collective pour tout le pays.

Projet identitaire calédonien par excellence, il consacre la reconnaissance internationale d’une part essentielle de notre patrimoine commun. Il est, depuis sa phase de préparation, le moteur d’une aventure humaine exceptionnelle à travers tout le pays. Il contribue largement au développement économique et notamment touristique du pays. Il nous rend, enfin, collectivement responsable face à l’humanité toute entière.

• La consécration internationale d’une part essentielle de notre patrimoine commun

Notre lagon, c’est une part essentielle de l’identité des Calédoniens. Avec ses récifs formant la deuxième plus grande barrière de corail du monde et ses fonds exceptionnels hébergeant plus de 20.000 espèces vivantes, il constitue un trésor de biodiversité à l’échelle de la planète, une « merveille du monde » reconnue en tant que telle. Si sa valeur universelle exceptionnelle est consacrée, depuis le 8 juillet 2008, par l’UNESCO, sa valeur identitaire et nourricière, aussi, pour les Calédoniens, nécessite que nous lui portions sans faillir, chacun à notre niveau de responsabilité, toute notre attention.

• Une formidable aventure humaine

Dès 2004, la province Sud engage les démarches nécessaires, tant auprès des populations locales qu’au niveau international, afin de faire reconnaître la valeur exceptionnelle des lagons du pays. Les Calédoniens résidant en bord de mer sur les zones intéressées (pour la province Sud : Grand Lagon Sud et Zone Côtière Ouest), mais aussi ceux des vallées, vivant dans les zones dites « tampon », sont largement consultés. Ils se mobilisent pour contribuer à la réussite du projet. 30.000 signatures de soutien seront apposées sur le « Livre Bleu », dédié à l’opération.

Des Calédoniens s’engageront alors dans la gestion participative, et font, encore aujourd’hui, vivre les comités de gestion à travers tout le pays. Leur mobilisation est essentielle, et nous devons saluer collectivement leur engagement : forces de proposition, ils participent à la préservation de notre bien commun, à la sensibilisation de toutes les parties prenantes, aux réflexions sur la gestion concertée, et à la promotion des actions et expériences de développement local durable.

• Le développement économique et touristique permis par le classement

Le classement du lagon au patrimoine mondial de l’Humanité a permis d’ériger la Nouvelle-Calédonie au rang de destination touristique d’exception, prônant une approche de développement fondée sur le dialogue et la coopération des parties prenantes, où la gestion du patrimoine est intégrée, les biens naturels et culturels sont valorisés et protégés.

C’est dans cet esprit que s’est construit le Sheraton, au sein du domaine provincial de Deva.

C’est aussi dans cet esprit que d’autres projets de développement doivent être menés, dans la concertation.

• Une responsabilité à assumer collectivement par tous les Calédoniens

Aujourd’hui, Calédonie Ensemble reste pleinement mobilisée en faveur de la préservation de notre lagon, et plus généralement de notre environnement. A l’heure où nous célébrons ce dixième anniversaire, nous tenons à affirmer notre engagement total, au niveau local, national et international, afin de contribuer à la mise en œuvre des propositions visant à préserver la « valeur universelle exceptionnelle » de notre lagon.

C’est le sens du travail mené par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, avec le projet de Parc de la mer de Corail.

C’est le sens de l’engagement du député Philippe GOMES, au sein de l’Initiative Française sur les Récifs Coralliens (IFRECOR).

C’est le sens des actions de la province Sud, avec notamment la création du réseau des « Ambassadeurs du lagon » (professionnels du tourisme), ou encore le projet de protection de la Côte Oubliée, sur 88.000 hectares.

Elément essentiel de notre patrimoine commun et de notre identité collective, notre lagon doit, aujourd’hui comme pour les générations futures, demeurer un facteur de développement humain, un levier de développement économique durable, une « merveille du monde » dont nous sommes collectivement les gardiens.

À voir aussi :

Conformément aux engagements pris par Calédonie Ensemble lors du lancement de la réforme de la TGC : Baisse des prix sur les produits alimentaires, d’hygiène et d’entretien, et des pièces détachées automobile (ISEE- Bulletin Octobre 2018)

(16 novembre 2018) Pour la première fois depuis l’entrée en vigueur de la TGC, le 1er octo…