Accueil Concentré d'actu Concentré d’actu : 6 juillet 2018

Concentré d’actu : 6 juillet 2018

 

 

Accords de Matignon : 30ème anniversaire 

La Nouvelle-Calédonie vient de vivre 30 années de paix et de développement. Nous le devons aux Accords de Matignon dont nous commémorons cette année ce 30ème anniversaire.

Les Accords de Matignon, nés de la volonté et du courage de trois hommes qui ont marqué durablement l’histoire moderne de la Nouvelle-Calédonie : Jacques Lafleur, Jean-Marie Tjibaou et Michel Rocard.

Documentaires et émissions spéciales y ont été consacrés, dans lesquels des Grands Témoins ont été amenés à donner leur vision et évoquer les hommes et la période ; Ainsi, le député Philippe Gomès.

(La vidéo présente des extraits du Documentaire « Rocard, un artisan de la paix » écrit et réalisé par Ben Salama- Neutra Production & Un Monde Meilleur).

Pour en savoir plus

 

Présentation du Livre « bleu » des Outre-mer

Le Livre « bleu » des Outre-mer rassemble les projets construits durant les Assises des Outre-mer et pour lesquels l’Etat s’engage à expertiser la faisabilité et la pertinence pour le territoire concerné, en vue de les accompagner de la manière la plus adaptée possible.

Il a été présenté par le Président de la République aux élus ultramarins à Paris, le 28 juin dernier. Il est la feuille de route souhaitée par l’Etat pour les territoires de l’Outre-mer. La Nouvelle-Calédonie est concernée par plusieurs projets structurants.

Avec la création d’une unité de 80 places supplémentaires du RSMA à Bourail, la création d’un ITEP (institut thérapeutique éducatif et pédagogique) et d’un EREA (Etablissement Régional d’Enseignement Adapté) 

et la mise en place d’une « Brigade de protection des familles » pour lutter contre les violences intrafamiliales, ce Livre « bleu » des Outre-mer concrétise des projets portés par les parlementaires de Calédonie Ensemble.

Pour en savoir plus

 

L’installation de la Banque Publique d’Investissement en Nouvelle-Calédonie :

Une réalité

Tous les produits de la BPI qui sont disponibles en France métropolitaine, notamment ceux qui facilitent le financement des besoins en trésorerie des entreprises, seront prochainement accessibles en Nouvelle-Calédonie. C’est un engagement affirmé dans le Livre « bleu » de la France des Outre-Mer que le Président de la République a présenté aux élus ultramarins : « un déploiement de la BPI dans chaque territoire »

Philippe GOMES : « Malgré de très nombreuses réunions à Nouméa comme à Paris, les dirigeants de cette banque n’ont jamais été très allants pour concrétiser une véritable installation chez nous, alors que c’est une véritable nécessité pour les entreprises du pays ».

Il n’y a pas de race, il n’y a que l’espèce humaine

Les Députés Philippe GOMES et Philippe DUNOYER se sont battus pour, en commission des Lois à l’Assemblée nationale : le mot « race » sera supprimé de l’article 1er de la Constitution.

L’adoption de cet amendement défendu par nos parlementaires est un pas historique dans la lutte contre le racisme qui « mine toute communauté de destin », comme l’avait déjà avancé Philippe GOMES, en 2013.

Pour en savoir plus

 

Plus de moyens pour lutter contre la vie chère votés à l’Assemblée nationale

C’est un secret pour personne : la Nouvelle-Calédonie est la collectivité française ultramarine où la vie est la plus chère, tous secteurs confondus.

Calédonie Ensemble s’est battue pour aboutir, en 2017, à la création de l’Autorité de la concurrence, qui constitue l’une des mesures clés dans cette lutte contre les prix.

Sur la base d’un amendement déposé par nos parlementaires, l’Assemblée nationale a voté cette semaine le renforcement des pouvoirs d’enquête et de sanctions de l’autorité de la concurrence de Nouvelle-Calédonie.

Pour en savoir plus

 

L’art de la paix repose sur un dialogue exigeant dont le fil ne doit pas être rompu

A l’occasion du trentième anniversaire de la signature de les Accords de Matignon, lors de la séance de questions au Gouvernement, le député Philippe GOMES a rendu un hommage solennel aux trois hommes d’État qui ont permis à la Nouvelle-Calédonie de se réconcilier avec elle-même, mais aussi avec la France : Michel Rocard, Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou.

Il a souligné qu’à l’instar du chemin tracé par nos grands anciens, le dialogue entre indépendantistes et non-indépendantistes demeurait la clé de voûte du maintien de la paix et de la construction du vivre-ensemble dans notre pays.

En réponse, le Premier Ministre a rappelé que « l’art de la paix repose sur une méthode : un dialogue ininterrompu, exigeant et direct qui accepte l’idée qu’on ne soit pas toujours d’accord (…) mais qui est fondé sur l’idée que nous ne devons pas rompre le fil de ce dialogue ».

 

Le député Philippe Dunoyer désigné rapporteur pour avis sur la mission « Outre-mer » pour la future Loi des finances 2019

C’est le 27 juin dernier que le député Philippe DUNOYER a été désigné par la commission des lois comme rapporteur pour avis sur la mission « Outre-mer » de la future loi de finances pour 2019. Une belle opportunité en perspective pour notre député de la 1ère circonscription qui, en octobre prochain, rendra son rapport sur le budget à consacrer aux outre-mer pour 2019. L’occasion d’exposer son avis sur les crédits qui seront alloués à l’emploi et aux conditions de vie Outre-mer.

 

Invitation au 3ème Conseil politique de l’année 

Chers ami(e)s de Calédonie Ensemble,

L’actualité politique ayant été particulièrement dense, nous souhaitons à l’occasion de ce 3e Conseil Politique de l’année échanger avec vous sur les thématiques suivantes :

  • Le Bilan de nos Rencontres Citoyennes, tenues à travers le pays ces dernières semaines ;
  • « Vie et mort » de la Plateforme que nous avions constituée le 15 juin 2017, sur la base de la « Déclaration commune pour une Nouvelle-Calédonie dans la France et dans la paix » ;
  • Le stade d’avancement des travaux du groupe de dialogue « Chemin de l’avenir » ;
  • Les modalités d’organisation du référendum du 4 novembre ;
  • Le point sur le travail de vos parlementaires au Sénat et à l’Assemblée nationale ;
  • Le bilan de la visite de la délégation nationale de l’Union des Démocrates et des Indépendants (UDI) en Nouvelle-Calédonie ;
  • Le positionnement du mouvement à l’égard des adhésions individuelles à « La République en Marche » (LREM).

Nous aborderons également les actions menées en faveur de la lutte contre la délinquance et la surconsommation d’alcool, ainsi que le dossier de la nouvelle centrale électrique au gaz.

Enfin, nous ferons le point sur les récentes élections municipales de BOURAIL et SARRAMEA.

En vous remerciant tous, par avance, pour votre participation.

Prochaines réunions :

La protection des nos eaux territoriales bientôt renforcée

Malgré le bilan positif des opérations menées par les Forces Armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) dans la lutte contre l’invasion des Blue Boats dans nos eaux territoriales, la vétusté des moyens matériels actuellement utilisés nuisent considérablement à l’efficacité des actions des FANC.

Pour y pallier, il est indispensable de renouveler les deux patrouilleurs existants. Les demandes conjointes des Députes Philippe GOMES, Philippe DUNOYER et du Sénateur Gérard POADJA faites en ce sens, viennent de trouver un écho favorable puisque lors de l’examen au Parlement du projet de loi de programmation militaire 2019 à 2025, la Ministre des Armées leur a confirmé la livraison de deux nouveaux patrouilleurs à l’horizon 2021-2022. « Plus que jamais, la protection des eaux territoriales françaises et la souveraineté de la France sur ses espaces ultramarins sont des priorités absolues ».

Pour en savoir plus

 

Les hallucinations de Gil Brial

Le 22 juin dernier, Gil BRIAL mettait directement en cause Calédonie Ensemble, affirmant : « on a réussi à botter en touche les compétences de l’article 27, les compétences que Calédonie ensemble souhaitent leur transfert (…) on a réussi à mettre ça de côté ».

En réponse à ces « hallucinations », Calédonie Ensemble a tenu à rétablir la vérité, rappelant que « Sur le transfert de l’article 27, notre position n’a jamais changé ».

Pour en savoir plus

 

Calédonie Ensemble poursuit le dialogue au sein du groupe « chemin de l’avenir »

Alors que certains ont rompu le dialogue et que d’autres feintent, c’est sous la présidence du haut-commissaire et en présence du représentant personnel du Premier Ministre, François SENERS, que Philippe GOMES, Philippe MICHEL, Rock WAMYTAN, Paul NEAOUTYNE et Gaël YANNO se sont à nouveau réunis le 27 juin dernier, six heures durant pour un échange autour de l’objectif resté inchangé depuis la création de ce groupe de dialogue : Affirmer avant le référendum ce qui unit les calédoniens indépendamment de leur opposition sur l’avenir institutionnel.

Au programme, valeurs calédoniennes et bilan politique de l’Accord de Nouméa. Un travail en commun, pour dresser sereinement, comme l’a souhaité le Premier ministre, « le socle des projets et des valeurs qui font consensus pour dessiner le chemin du vivre ensemble ».

« L’objectif est d’aboutir à un document de synthèse sur ces deux sujets d’ici la fin du mois de juillet » précise le communiqué de presse du haut-commissaire de la république (28.06.2018)

Pour en savoir plus

 

20 ans de Cinéma : Le festival garde La Foa

« Merci à la fidélité du public, au soutien des partenaires, à la passion sans faille des bénévoles, aux lafoyens, aux prestigieux présidents du jury. Merci aussi pour l’audace de ceux qui ont cru qu’un Festival du Cinéma était possible à la Foa » : C’est par ces mots que Corinne VOISIN, Maire de la commune, a ouvert la 20ème édition du Festival du cinéma de La Foa, présidé cette année, et pour la deuxième fois, par l’acteur Gérard Darmon.

Une très belle édition qui aura vu la façade du cinéma Jean Pierre Jeunet entièrement relookée.

Une 20ème édition riche de sa programmation, de son histoire, de ses bénévoles et de tous ses fidèles passionnés !

 

Les 20 ans de la Fête des produits à Yaté

La commune de Yaté fêtait les 20 ans de sa « Fête des produits », lors du dernier week-end de juin. Produits agricoles et de la Mer, plats préparés mais aussi plantes et de fleurs ont garni les tables des exposants pour le plus grand bonheur des visiteurs venus en nombre.

La belle dame du Grand Sud a montré une fois encore la richesse de son savoir faire et la gentillesse de son accueil sous la houlette d’Adolphe DIGOUE, Maire de la commune et de Eliane ATTITI conseillère municipale, et élue provinciale.

L’occasion pour Nina JULIE, élue provinciale et résidente du Mont Dore, de rappeler devant les stands : « A Yaté, il n’y a pas que la mine ! »

Pour en savoir plus

 

Cultiver le lien a la terre en favorisant la transmission du foncier agricole 

Pour assurer la sauvegarde du foncier agricole et contribuer à l’objectif annoncé d’autosuffisance alimentaire, le gouvernement a examiné cette semaine un avant projet de loi dont la mesure principale est l’exonération à 100% de frais de succession.

Une mesure concrète de plus qui vient en complément de la politique volontariste menée par Nicolas METZDORF au nom de Calédonie Ensemble : « L’objectif est de favoriser la transmission entre les générations sans que les propriétaires soient obligés de vendre une partie de leurs terres, à des spéculations autres qu’agricoles, afin de financer ces droits de succession ».

Pour en savoir plus

 

Promesse tenue : Le CNC soutiendra les productions audiovisuelles calédoniennes !

Les sociétés cinématographiques et audiovisuelles calédoniennes vont désormais bénéficier directement des aides financières qu’octroient le Centre national de la Cinématographie (CNC). Cet engagement pris par Philippe GERMAIN, président du gouvernement en 2015, s’est concrétisé lors de l’ouverture de la 20ème édition du Festival du cinéma de La Foa, vendredi 29 juin.

Après l’adoption par le congrès du fond de soutien à la création audiovisuelle locale en 2016, cette convention, sésame très attendu par tous les acteurs de la filière, va sans aucun doute contribuer à une meilleure expression de nos talents locaux, aussi bien dans la production de projets de fiction que de documentaires sans oublier le Web.

Pour en savoir plus

 

Sensibilisation à la gestion non-violente des conflits dans les écoles de la province Sud

Afin de favoriser un climat scolaire le plus serein possible pour permettre la réussite des élèves, la province Sud, dans le cadre de sa politique éducative et du projet éducatif de la Nouvelle-Calédonie, mène régulièrement des actions concrètes au sein de nos écoles. Cette année « A l’école du dialogue » présente aux 4 350 élèves de CE2 « Radio Kid’s, les ondes pacifiques ». L’opération se déroule du 25 juin au 20 Juillet.

Monique MILLET, élue provinciale en charge de l’Enseignement : « La médiation, propose de régler les incivilités et les conflits, et permet aux élèves d’évoluer dans une classe au climat apaisé. Les enseignants doivent être les premiers à adhérer à cette action, l’objectif étant que les élèves eux-mêmes deviennent des médiateurs dans leurs classes ».

Pour en savoir plus

 

La Mission à la condition féminine avait rendez-vous avec les femmes de Thio

Nicole ROBINEAU est partout ! Et avec elle toute une équipe, à la rencontre des femmes du pays. Pour la troisième halte de sa tournée 2018, le bus de la MCF (Mission à la Condition Féminine) a rencontré les femmes de Thio Mission.

Présentation, discussions et rencontres riche d’échanges… Pour la mission, c’est le terrain qui compte. Pour les femmes, c’est la parole qui se libère, et ce sont des perspectives qui s’ouvrent. Connaissance et reconnaissance, en présence de professionnels partenaires pour la pêche, l’agriculture, l’environnement et le tourisme. Pêche à pied, maraîchage, vente de produits de la terre et de la mer, ou encore statuts spécifiques à développer ont été au centre des échanges afin de valoriser et de développer le travail des femmes de la commune.

Nicole ROBINEAU : « Les femmes de Thio, à l’instar de celle des autres communes de la province, sont un maillon essentiel de la valorisation de la ruralité et de la transmission des savoirs faire. La ruralité bat son plein… les femmes en tête ! ».

Pour en savoir plus

 

Disparition d’Eugène HERNU

Beaucoup d’entre nous l’appelait « Gégène ». Il aura montré son talent dans tout ce qu’il a pu entreprendre dans sa vie, du cyclisme à l’administration en passant par l’élevage, l’hôtellerie et la restauration, sans oublier la politique, aussi.

Toujours dans la bonne humeur, le respect et la convivialité, il incarnait une image de la Brousse que nous n’oublierons pas. Nos pensées vont à sa femme Marielle, à ses deux filles et à son fils, ses beaux enfants et ses petits enfants.

 

Pour que continue à vivre le « rêve calédonien »

Cette semaine, un nouvel extrait de l’article intitulé « Pour que continue à vivre le « rêve calédonien » (cf. N° 31 de la Revue juridique, politique et économique de la Nouvelle-Calédonie), au travers duquel le député Philippe GOMES exprime sa vision pour le pays. Regard porté sur l’histoire commune, l’actualité et l’avenir de notre pays, et du peuple calédonien. 

Extrait :

(…)

Un peuple calédonien enraciné dans une histoire commune

Même si l’Accord de Nouméa n’utilise pas les termes de « peuple calédonien » -trop tôt ?-, mentionnant plutôt le « peuple Kanak » et les « autres communautés », il trace la perspective d’une « communauté de destin choisie » qui trouve sa traduction dans la création de la citoyenneté calédonienne permettant « au peuple d’origine de constituer avec les hommes et les femmes qui y vivent une communauté humaine affirmant son destin commun » .

Comme l’a justement remarqué le président du Sénat, Gérard Larcher, dans son intervention du 23 février 2016 devant le congrès, en se référant aux « miracles » des accords de Matignon « (…) l’unité du peuple calédonien a prévalu et s’incarne dans la citoyenneté inscrite dans la loi organique du 19 mars 1999 ».

Cette citoyenneté qui « fonde les restrictions apportées au corps électoral pour (…) la consultation finale », constitue le socle juridique et politique du peuple calédonien.

C’est également le raisonnement tenu par Édouard Philippe devant le congrès de la Nouvelle-Calédonie le 5 décembre dernier : « Le peuple calédonien tel qu’il a été constitué selon l’Accord de Nouméa, (…) va se prononcer sur l’avenir politique de la Nouvelle-Calédonie. (…) Ce sera bien le peuple calédonien qui se prononcera souverainement ».

Un peuple qui plonge ses racines dans une histoire commune longue de plus de 165 ans. Celle des kanak, peuple autochtone du pays, porteur d’une civilisation millénaire que la colonisation a failli conduire à disparaître. Celle des européens, « chapeaux de paille », aventuriers ou colons libres qui ont apporté une contribution majeure à la mise en valeur agricole ou minière du pays dans des conditions particulièrement rudes. Celle des asiatiques d’origine chinoise, japonaise, javanaise ou vietnamienne -les « Chân-Dang »- qui, dès 1891 et jusqu’en 1945 servirent de main d’œuvre bon marché dans le cadre de véritables contrats de chair humaine, au service du capitalisme minier. Celle des wallisiens, futuniens et tahitiens qui, dans les années cinquante et soixante vinrent en Nouvelle-Calédonie pour participer aux grands chantiers comme le barrage de Yaté, ou pour travailler sur les mines. Celle des métropolitains qui, dans les années soixante et soixante-dix, rejoignirent notre île à l’occasion du boom du nickel. Une histoire durant laquelle, toutes ces populations « vont se croiser, se heurter, combattre ensemble lors des conflits mondiaux, se métisser, entremêlant leurs cultures par le sang, la sueur, la spiritualité, la fraternité parfois, dans la quête d’une vie meilleure ».

Aujourd’hui, les Calédoniens constituent un peuple dont il est bien difficile pour chaque individu qui le compose de savoir d’où vient le sang qui coule dans ses veines. Un peuple en construction, en voie de métissage biologique et culturel, qui doit trouver son équilibre entre sa composante kanak dotée d’un droit spécifique (statut civil particulier et régime des terres coutumières) et les apports des autres communautés qui ont développé, en Nouvelle-Calédonie, des « endémismes culturels ». La genèse de ce peuple calédonien est inscrite de longue date dans l’histoire politique de notre pays, depuis la devise de l’Union Calédonienne « deux couleurs, un seul peuple », jusqu’au discours de Jacques Lafleur en 1977, lors du congrès fondateur du Rassemblement Pour la Calédonie (RPC) :

« Nous constituons une collectivité pluriraciale au dosage harmonieux, véritable petite nation au sein de la nation française, et nous lutterons pour la conserver en tant que telle ». C’est dans cette filiation politique que j’ai inscrit Calédonie Ensemble en affirmant lors du congrès fondateur du mouvement, le 11 octobre 2008, que « la Nouvelle-Calédonie a vocation à devenir une véritable petite nation au sein de la République française », et que Calédonie Ensemble afficherait l’ambition de « porter le pays réel, à l’instar de ses grands aînés, l’UC des années soixante et le RPCR des années soixante-dix ».

À voir aussi :

Conseil d’administration d’Eramet ce matin dans les nouveaux locaux de la société Boulevard de Grenelle

(13 décembre 2018) Philippe GOMES : « En ce qui concerne la société SLN les difficultés re…