Accueil VIDÉOS Invité de Politique Directe , Philippe DUNOYER lève des interrogations

Invité de Politique Directe , Philippe DUNOYER lève des interrogations

(12 août 2018) Philippe DUNOYER, invité de l’émission Politique Directe, a réaffirmé l’opposition de Calédonie Ensemble au transfert des compétences régaliennes. Interrogé sur le concept de « calédonisation » de ces compétences, il a répondu, par des réponses simples et claires, aux critiques et mensonges véhiculés ça et là par certains.


(12 août 2018) « Un acte de paix et de dialogue entre indépendantistes et non-indépendantistes », c’est ainsi que Philippe DUNOYER, invité de l’émission Politique Directe, a qualifié les textes adoptés par le groupe de dialogue Sur le chemin de l’avenir, à savoir la Charte des valeurs calédoniennes et bilan politique partagé de l’Accord de Nouméa.


(12 août 2018) Philippe DUNOYER, invité de l’émission Politique Directe, a été interrogé sur le bilan partagé de l’Accord de Nouméa. Répondant aux critiques émises par ceux qui ont quitté les groupes de dialogue, il souligne l’importance du travail réalisé et les points principaux sur lesquels les membre du Groupe de dialogue Sur le chemin de l’avenir sont tombés d’accord.


(12 août 2018) L’Accord de Nouméa prévoit qu’en cas de victoire du Non au référendum du 4 novembre, un 2ème référendum peut être organisé au plus tard en 2020 si au moins 18 élus du congrès le demandent. De même si la réponse à ce 2ème référendum est toujours Non, un 3ème référendum peut être organisé d’ici 2022. Cette situation d’instabilité dommageable pour le pays, peut-elle être évitée : la réponse de Philippe DUNOYER.


(12 août 2018) L’émission Politique Directe a été l’occasion pour le député Philippe DUNOYER de rappeler deux points forts du budget 2018 de la Nouvelle-Calédonie :

« C’est un budget responsable, car la moitié des ressources dégagées a été affectée à la diminution du recours à l’emprunt, pour préserver la capacité d’endettement ». Autre élément très important : « le soutien à l’économie et aux entreprises, avec, au total, 11 milliards d’investissement en 2018 pour soutenir la commande publique. »

L’émission a été l’occasion aussi, pour le député de la 1ère circonscription, de rappeler le débat sur l’examen par le congrès du rapport de la Chambre territoriale des comptes sur les finances de la Nouvelle-Calédonie , le 1er août dernier : « La gestion 2012-2014 du gouvernement Martin-Backes (au sein duquel Sonia BACKES était plus particulièrement chargée du budget et des finances) a vu augmenter de 20% les dépenses de fonctionnement, et siphonné les 7 milliards de capacité d’autofinancement pour amener la Nouvelle-Calédonie au bord du précipice. Il a fallu redresser depuis 2015, les comptes pour éviter la faillite de la Nouvelle-Calédonie (…). Il ne faut donc pas oublier d’où on vient. »

À voir aussi :

Nouvelle-Calédonie: les indépendantistes pour un autre référendum – Le Figaro

(4 décembre 2018) Les dirigeants de l’Union Calédonienne (FLNKS) souhaitent qu&rsquo…