Accueil ACTUALITÉS L’emploi, moteur des communes de l’intérieur

L’emploi, moteur des communes de l’intérieur

La 1ère vice-présidente de la province Sud poursuit ses visites aux entreprises soutenues par la collectivité. Pour cette quatrième tournée, elle a souhaité rencontrer celles et ceux qui ont fait le pari de créer ou de maintenir des commerces et des services dans les communes de l’intérieur.

Pour créer son entreprise en brousse où sur la côte Est, il faut une bonne dose de créativité et de persévérance. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Marie-Ange, Fabienne et Stéphanie n’en manquent pas. Toutes trois ont décidé de quitter la ville pour prendre un nouveau départ, pour retrouver leurs racines ou vivre dans une région qu’elles aiment particulièrement. Martine Lagneau, la 1ère vice-présidente de la province Sud, est allée à la rencontre de ces femmes qui font battre le cœur de leur commune.

Et c’est à Thio que la tournée commence, chez Marie-Ange Homboé, ancienne commerciale, qui a décidé de se former pour proposer un service d’aide à domicile aux plus fragiles. Après avoir obtenu son diplôme d’état d’auxiliaire de vie et d’aide médico-psychologique, elle a lancé son activité seule en 2013, mais elle n’arrivait plus à faire face à la demande croissante « dans une région où beaucoup de personnes, notamment âgée, dépendantes ou en perte d’autonomie, sont nombreuses et isolées », explique Marie-Ange dont les compétences et la bonne humeur sont appréciées de tous au village. Grâce à l’aide précieuse de la DEFE (direction de l’Economie de la Formation et de l’Emploi), elle va bientôt pouvoir répondre à la demande en employant deux personnes diplômées. Pour Martine Lagneau, « voir une entreprise qui répond à un besoin d’utilité publique durer dans le temps et créer des emplois après à peine cinq ans d’existence, c’est un beau succès et cela montre tout l’intérêt pour la collectivité d’aider ceux qui ont une réelle volonté de faire vivre et de développer leur territoire ».

Ensuite, direction Boulouparis à la rencontre de Fabienne Santacroce et Stéphanie Thevedin-Champenois. Toutes deux ont installé des commerces dans la commune. La première gère depuis trois ans une poissonnerie dans le village et la deuxième une laverie. « J’ai toujours voulu vivre en brousse et comme il manquait ce type de commerce, je me suis lancée dans l’aventure », explique Fabienne, ancienne salariée à Nouméa, qui ne regrette pas ce choix de vie. Grâce à la province Sud, elle a pu acquérir et aménager sa poissonnerie : Coin du pêcheur en bord de route juste à côté de la boucherie. « Nous sommes complémentaires et travaillons en très bonne intelligence », tient à préciser la patronne du Coin du pêcheur.

Non loin de là, au cœur de la zone artisanale, Stéphanie a créé une activité de laverie : Happy Laverie dans l’ancienne station-service de son beau-père. Maman d’une famille nombreuse et équipée d’une très grosse machine à laver, elle a commencé en rendant service à des parents. « Je travaillais auparavant dans la restauration, à Nouméa, et comme mon mari est agriculteur, il était devenu très compliqué de s’occuper des enfants », explique Stéphanie. Avec l’aide de la province elle a réussi à s’équiper et ainsi développer depuis 2013 l’Happy laverie, qui porte bien son nom tant l’accueil y est chaleureux. « Nous soutenons ces projets sur papier, en commission, et je ne peux que me réjouir qu’ils soient pérennisés et surtout qu’ils permettent à des familles de se réinstaller en brousse, aux côté des leurs », conclut Martine Lagneau.

Source : sud’ mag

À voir aussi :

La Nouvelle-Calédonie à l’honneur à l’Assemblée Nationale

(12 décembre 2018) Philippe GOMES : « Une première aujourd’hui au Palais Bourbon pour le v…