Accueil Concentré d'actu Concentré d’actu : 22 septembre 2018

Concentré d’actu : 22 septembre 2018

 

 

Calédonie Ensemble rencontre Laurent WAUQUIEZ, président LR

Rencontre avec Laurent WAUQUIEZ, président LR, à l’occasion de sa visite en Nouvelle-Calédonie

Le Député Philippe GOMES, Philippe GERMAIN (président du gouvernement), Sutita SIO LAGADEC (élue provinciale), Dominique MOLE (VP province Sud), Martine LAGNEAU (VP province Sud) et Leonard SAM (élu provincial) ont échangé avec Laurent WAUQUIEZ, président national des Républicains, et le député (LR) Eric CIOTTI.

Pour en savoir plus


Rencontre citoyenne à l'Ile des Pins

Deux rendez-vous avec les habitants de l’île des Pins à VAO et à OUATCHIA 

Le Député Philippe GOMES, Dominique MOLE (VP de la province Sud), Léonard SAM (élu de la province Sud) et Mickael LEME (élu municipal de l’Ile des Pins), accueillis par le grand chef Hilarion VENDEGOU, ont pu exposer à VAO d’abord, et à la tribu de OUATCHIA ensuite, les travaux réalisés dans le cadre du dialogue mené par le groupe de travail « sur le chemin de l’avenir ».

On retient une intervention remarquée du Grand chef prenant l’exemple du VANUATU, qu’il a récemment visité, et où les habitants l’ont interpellé : « c’est quand, la fin de l’indépendance ? » Des échanges intéressants avec une population en quête de réponse face à un projet d’indépendance aux contours incertains.

Pour en savoir plus


Calédonie Ensemble à la rencontre des coutumiers et des tribus de l'aire Xaracuu - Sarraméa, Nassirah

A la rencontre des coutumiers et des tribus de l’aire Xaracuu (Sarraméa et Nassirah) pour continuer à nourrir ensemble un dialogue approfondi

A SARRAMEA, en présence des maires de la région (Alexandre NEMEBREUX pour Sarraméa, Régis ROUSTAN  pour Farino, Joe PEYRONNET pour Moindou), de Martine LAGNEAU (1ère vice-présidente de la province Sud), de Léonard SAM (élu du Congrès et de la province Sud), de Bernard NENOU (élu municipal de Poindimié) et d’Apollinaire CHELEHY (petit chef de la tribu de Sarraméa), le Député Philippe GOMES a expliqué notre projet pour le « jour d’après ».

Objectif : convaincre un électorat à majorité indépendantiste que l’intérêt de la Nouvelle-Calédonie, c’est bien que nous votions « Non » à l’indépendance, le 4 novembre prochain.

En présence du grand chef Bergé KAWA, une soixantaine de personnes avaient fait le déplacement, depuis toutes les tribus de la commune, pour mieux comprendre les enjeux du scrutin, et éclairer leur choix.

A BOULOUPARIS, à la maison commune de NASSIRAH , nous ont rejoint Jean KAYS  ancien président et sénateur du Sénat coutumier, Marcel KABE, président du Conseil des Chefs de clans des tribus de Ouitchambo et Nassirah, Hubert HONRY Petit chef de Ouitchambo, de Narcisse GHATA, Chef de clan de Nassirah, Roger THEVEDIN président des Conseils de clan et président du Conseil d’aire Xaracuu.

Merci à l’ensemble des personnes, coutumiers et habitants de nous avoir permis de présenter notre projet et de partager nos convictions.

Pour en savoir plus


Prochaines réunions :


Calédonie Ensemble en tournée dans les tribus du pays

Pour préparer la sortie de l’Accord de Nouméa, depuis 2015, notre choix a été d’associer régulièrement la population calédonienne à notre réflexion pour construire notre projet.

Notre engagement reposant sur ce dialogue, c’est en accord avec les chefs et/ou conseil des anciens intéressés que nous organisons notre grande « Tournée des tribus »  afin de permettre à chacun de connaître les enjeux réels de la consultation,  pour pouvoir faire son choix en conscience.

Pour connaître les dates de la Tournée des Tribus


Communiqué : En 2019, stop au plastique !

Face aux conséquences environnementales catastrophiques provoquées par les déchets, Calédonie Ensemble engage le combat contre le plastique

Fabriqués en moins d’une seconde, puis utilisés en moyenne 20 minutes, ils mettent entre 100 et 500 ans pour se dégrader. En Nouvelle-Calédonie, une grande partie de ces déchets se retrouvent dans la mer où ils constituent un fléau pour la faune marine qui les ingère. Nina JULIE, membre de la commission de l’environnement à la province Sud, a déposé, au nom de Calédonie Ensemble, une proposition de projet de Loi sur le bureau du congrès vendredi 14 septembre.

Nina JULIÉ : « la proposition de projet de loi que nous faisons vise à interdire la mise sur le marché d’un certain nombre de produits plastiques (…) l’objectif est de protéger notre environnement en réduisant à la source la production de déchets plastiques ».

Pour en savoir plus

A lire également :

Calédonie ensemble dépose un projet de loi visant à interdire les sacs plastiques LNC

Vers une interdiction des pochons et sacs plastiques ? La dépêche de Nouvelle-Calédonie


Communiqué : L’entrée en vigueur de la TGC au 1er octobre doit faire baisser les prix

La TGC au 1er octobre DOIT faire baisser les prix par le consommateur calédonien 

Faire baisser le panier moyen du consommateur calédonien (108% plus élevé que le panier métropolitain !) est l’un des principaux objectifs visés par la mise en place de la TGC. Calédonie Ensemble a soutenu le dispositif de contrôle des prix proposé par le gouvernement, dans les secteurs de la distribution des produits alimentaires, d’hygiène et d’entretien, ainsi que des pièces détachées automobiles.

Parce que ce dispositif de contrôle des prix, limité à deux secteurs où la concurrence fait cruellement défaut, répond aux intérêts du consommateur calédonien, sans mettre en péril les entreprises. L’accord proposé par le MEDEF était disons-le, un peu moins–excusez du peu ! – en faveur des consommateurs…

Pour en savoir plus


Communiqué : Boycott du référendum par l’USTKE : Les indépendantistes extrémistes ont décidé de gangrener le scrutin

Calédonie Ensemble condamne l’appel au boycott du référendum par l’USTKE

Boycott des espaces de dialogue pour les uns, et appel au boycott du scrutin pour les autres : l’irresponsabilité des extrêmes doit être condamnée fermement, à l’heure où le pays qui a rendez-vous avec son Histoire doit aborder le référendum du 4 novembre en toute sérénité.

Pour Calédonie Ensemble, ce référendum doit permettre à chaque Calédonien de s’exprimer démocratiquement dans le respect des convictions de chacun. Il ne doit pas être l’occasion de surenchères pour un affrontement haineux et dangereux entre Calédoniens.

Pour en savoir plus


Université d’été de l’UDI pour le Député Philippe DUNOYER

Député Philippe DUNOYER à l’université d’été de l’UDI

Comme il est de tradition, avant la rentrée parlementaire, l’UDI a organisé son université d’été qui avait pour thème cette année « dialoguer plus pour réformer mieux ». 

L’occasion pour le Députe Philippe DUNOYER de co-animer un atelier sur la révision constitutionnelle, dans le prolongement des travaux de l’Assemblée nationale, pour laquelle il est membre de la commission des Lois.

Pour en savoir plus


La Fédération des entreprises d'Outre Mer (FEDOM) fait son actualité avec Philippe GOMES

Défiscalisation : La Fédération des entreprises d’Outre Mer (FEDOM) fait son actualité avec Philippe GOMES

Les 25 propositions formulées par le député Philippe GOMES dans son rapport d’information sur les mécanismes de défiscalisation des investissements outre-mer ont été approuvées à l’unanimité par la délégation outre-mer de l’Assemblée nationale. Dans le prolongement de cette publication, c’est la Fédération des entreprises d’Outre Mer (FEDOM) qui a ouvert sa tribune au député Calédonien.

Philippe GOMES : « Ces propositions poursuivent trois objectifs essentiels : une plus grande attractivité et une simplification des outils de défiscalisation, une réduction des délais d’instruction et un assouplissement dans leur mise en œuvre ».

Pour en savoir plus


Pour une alimentation saine, durable et accessible pour tous

Message de Philippe DUNOYER à la représentation nationale : « Le plastique a un impact destructeur sur les coraux »

A l’heure où Calédonie Ensemble déposait son projet de loi de pays en faveur de l’interdiction des sacs et autres contenants en matières plastiques, le député Philippe DUNOYER intervenait à l’Assemblée nationale (14.09.2018) pour transmettre un message fort à la représentation nationale : « Parce que le plastique a un impact destructeur sur nos ressources halieutiques, nos coraux et notre environnement, nous allons observer, défendre et probablement adopter, en Nouvelle-Calédonie, un texte [déposé par Calédonie Ensemble] qui va interdire purement et simplement la commercialisation des pailles, des gobelets, des contenants, des couverts et des sacs plastiques. Je vous transmets ce message parce qu’ici comme ailleurs, il y a une urgence avérée à agir ! ».

Pour en savoir plus


TGC : Objectif baisse des prix ! Et « plus les prix seront compétitifs, plus la consommation augmentera »

TGC : Baisse des prix et règlementation pour augmenter la consommation

Philippe GERMAIN à l’issue du vote du gouvernement en faveur d’une baisse significative des prix lors de la mise en œuvre de la TGC sont on ne peut plus clairs :

« l’objectif de la TGC, est, et doit rester, d’enregistrer une baisse des prix pour le consommateur (…) la réglementation des prix, qui a pour objectif d’empêcher les marges excessives, sera appliquée uniquement aux produits alimentaires, d’hygiène et d’entretien, ainsi qu’aux pièces détachées automobiles. Il n’y a donc absolument aucun risque pour les entreprises et pour l’emploi ».

Pour en savoir plus


La province Sud a 30 ans, eux aussiLa province Sud a 30 ans, eux aussi

Afin de commémorer les 30 ans de la provincialisation (1988–2018) et la création des provinces, la province Sud a souhaité donner la parole aux jeunes. Ainsi, Madeleine, Aurélie, Dominique, Arnaud … et d’autres encore, nés avec les Accords de Matignon et grandi dans la paix retrouvée qui leur a permis d’accomplir leurs rêves, sont aujourd’hui des adultes responsables, impliqués dans la construction de leur pays.

Une campagne déclinée en vidéos sur les réseaux sociaux et en photographies sur les grilles de l’hôtel de province.

Pour en savoir plus


Monique MILLET rencontre à Paris Jean Michel BLANQUER, Ministre de l’éducation nationale

Monique MILLET rencontre à Paris Jean Michel BLANQUER, Ministre de l’éducation nationale

Ce fut un riche échange entre le Ministre de l’éducation nationale, Jean Michel BLANQUER et Monique MILLET, présidente de la commission de l’enseignement de la province Sud lors de sa mission à Paris. Accompagnée d’étudiants calédoniens et du directeur de l’éducation de la collectivité ils ont présenté la politique éducative de la collectivité, et évoqué les dispositifs d’accueil que propose la province Sud pour accompagner la réussite de nos étudiants en Métropole.

Monique MILLET : « Nous avons apprécié l’intérêt du ministre dans nos échanges. Un moment très important dans le déroulement de notre mission. »

Pour en savoir plus


Corine VOISIN A la tribu de Méara, à La Foa, pour le Mois du Patrimoine

Corine VOISIN A la tribu de Méara, à La Foa, pour le Mois du Patrimoine

Le Mois du Patrimoine, célèbre ses 25 ans dans l’ensemble des communes de la province sud. Placé sous le signe du partage et de l’Histoire à la tribu de Méara, Corine Voisin, Maire de la Foa n’a pas manqué ce rendez-vous ! 

Pour en savoir plus


Le Député Philippe GOMES et le Sénateur Gerard POADJA rendent hommage à Robert FROUIN lors de la 26ème foire de KOUMAC

Le Député Philippe GOMES et le Sénateur Gerard POADJA rendent hommage à Robert FROUIN lors de la 26ème foire de KOUMAC

« Nos obligations en tant que parlementaires nous empêchent d’être physiquement parmi vous aujourd’hui, pour cette 26ième édition de la Foire de KOUMAC et du Nord (…) Nous tenons cependant à partager avec vous une pensée émue pour un homme sans qui cette foire de Koumac et du Nord n’aurait probablement jamais vu le jour. Cet homme exceptionnel auquel nous voulons rendre ici hommage, c’est notre ami Robert FROUIN, qui nous a quitté en juin dernier, à l’âge de 85 ans. (…)  Nous ne t’oublierons jamais, Robert, ni toi, ni ton engagement particulier pour que vive la foire de KOUMAC, ni ton engagement, aussi, plus général, pour le développement de KOUMAC et du Nord. »

Pour en savoir plus


La Charte des valeurs calédoniennes a été validée –au terme d’une longue procédure d’élaboration ayant vu l’organisation d’une grande consultation populaire– le 27 juillet dernier entre participants indépendantistes et non indépendantistes du groupe de dialogue « sur le chemin de l’avenir », mis en place par le Premier ministre, Edouard PHILIPPE.

Porteuse des valeurs universelles et républicaines, Kanak et océaniennes, et des valeurs chrétiennes, elle consacre, avant le référendum, une part du patrimoine commun qui nous unit toutes les composantes du peuple calédonien.

 Chaque semaine, nous vous en proposons un extrait.

« Depuis trente ans, les Calédoniens ont décidé de vivre ensemble et dans la paix malgré leur opposition sur l’avenir institutionnel.

Le congrès de la Nouvelle-Calédonie, conformément à l’Accord de Nouméa, a fixé au 4 novembre 2018 la date de la consultation sur « l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté ».

Face à cette échéance, nous, responsables politiques, avons décidé d’établir, de porter et de partager la présente Charte des valeurs calédoniennes pour mettre en évidence ce qui rassemble et unit les Calédoniens dans leur diversité.

Inscrivant notre démarche dans le prolongement de la poignée de mains entre Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou qui a ouvert une période de paix, de dialogue et de respect mutuel et permis à la Nouvelle-Calédonie d’entrer, avec les Accords de Matignon-Oudinot des 26 juin et 20 août 1988 et l’Accord de Nouméa du 5 mai 1998, dans un processus négocié puis constitutionnalisé de décolonisation et d’émancipation au sein de la République française ;

Constatant que le préambule de l’Accord de Nouméa fonde une lecture commune de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie et notamment des « ombres et des lumières de la période coloniale » ; qu’en affirmant à la fois la pleine reconnaissance de l’identité du peuple kanak, peuple autochtone et la pleine légitimité des autres communautés qui ont participé à l’édification de la Nouvelle-Calédonie, cet accord contribue à l’émergence d’une identité calédonienne, dans une communauté humaine affirmant son destin commun ;

Considérant que le droit à l’autodétermination, poteau central de ce processus, a été reconnu aux Calédoniens faisant partie du corps électoral référendaire, constituant pour certains un peuple calédonien, pour d’autres une population calédonienne intéressée ; que ce droit a vocation à être exercé jusqu’à ce qu’il soit opté de manière définitive pour l’une des quatre voies prévues par l’Organisation des Nations-unies dans ses résolutions relatives au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes : « devenir un Etat indépendant et souverain, être librement associé à un Etat indépendant, être intégré à un Etat indépendant » ou « l’acquisition de tout autre statut politique librement décidé » ;

Conscients que les convictions sur l’avenir institutionnel demeurent différentes entre Calédoniens, les uns estimant que ce n’est que dans l’affirmation de la pleine souveraineté et la transformation de la citoyenneté en nationalité qu’il peut véritablement se réaliser, les autres considérant que ce n’est que dans l’appartenance à la République française et l’ouverture de la citoyenneté calédonienne que cet avenir peut s’accomplir ;

Concluant que les Calédoniens partagent un socle de valeurs, issu de leur histoire commune, qui fonde leur volonté de vivre ensemble dans une communauté de destin et dans la paix ;

Nous nous engageons sur la présente Charte des valeurs calédoniennes, lesquelles prennent leurs racines dans les valeurs universelles et républicaines, dans les valeurs Kanak et océaniennes, dans les valeurs chrétiennes, valeurs qui découlent de notre appartenance à la Mélanésie et à l’Océanie, de notre histoire commune avec la France, de la diversité de nos cultures et du métissage de nos identités façonnées par des vagues successives de peuplement originaire d’Europe, d’Asie, d’Afrique du nord, d’Océanie, de l’Océan indien et des Caraïbes.

Dans le respect des principes de liberté, d’égalité et de fraternité, cette charte affirme, sur notre « terre de parole, terre de partage », les valeurs qui doivent irriguer notre destin commun. »


Cette semaine, un nouvel extrait du livre intitulé « Pour que continue à vivre le « rêve calédonien », au travers duquel le député Philippe GOMES exprime sa vision pour le pays. Regard porté sur l’histoire commune, l’actualité et l’avenir de notre pays, et du peuple calédonien.

Extrait :

(…) La conquête des souverainetés des temps modernes

Nous pourrions aussi affirmer notre volonté de poursuivre notre conquête des souverainetés des temps modernes, afin d’asseoir l’émancipation économique de notre pays :

Souveraineté économique, pour être moins dépendant de l’extérieur, c’est-à dire d’une part des transferts de l’État, – qui s’élèvent à environ 155 milliards F CFP par an –65 et, d’autre part, à l’intérieur, de la quasi mono-industrie du nickel, dont la dépendance est qualifiée de « mortifère »66 par les experts du secteur.

Nous devons donc affirmer collectivement notre détermination à diversifier notre économie et à lui permettre de s’exporter davantage, par une politique volontariste d’intégration régionale. La Nouvelle-Calédonie dispose pour cela d’atouts importants, parmi lesquels son tissu d’entreprises performantes et innovantes, son réseau d’organismes de recherche, son potentiel touristique, le dynamisme de son industrie de transformation67 et la qualité de ses infrastructures.

Souveraineté alimentaire, qui s’inscrit comme la première des souverainetés du XXIe siècle, dans un monde où l’agriculture ne parvient déjà plus à nourrir ses 7 milliards d’habitants aujourd’hui, 9 milliards à échéance 2050. Déterminer les politiques publiques qui permettront à notre territoire d’être davantage en capacité de subvenir aux besoins alimentaires de sa population durant les années à venir est indispensable. C’est notamment l’ambition de la politique agricole portée par la province Sud, partie du constat alarmant que notre production ne couvre, pour l’heure, que 19 % de nos besoins.

Souveraineté énergétique, pour que l’eau, le vent et le soleil du pays se substituent à terme aux 70 milliards de F CFP de matières fossiles que nous importons chaque année. C’est l’ambition du Schéma pour la Transition Énergétique de la Nouvelle-Calédonie (STENC) que nous avons porté, et qui a été adopté à l’unanimité le 23 juin 2016 par le Congrès de la Nouvelle-Calédonie. La réduction de cette dépendance énergétique figure au premier rang des enjeux, avec notamment pour objectif de couvrir à échéance 2030 les besoins de la distribution publique par la production d’énergie renouvelable.


À voir aussi :

Nouvelle-Calédonie: les indépendantistes pour un autre référendum – Le Figaro

(4 décembre 2018) Les dirigeants de l’Union Calédonienne (FLNKS) souhaitent qu&rsquo…