Accueil FOCUS MÉDIA Mise au point de Philippe Dunoyer

Mise au point de Philippe Dunoyer

Suite à la publication d’un article diffamatoire sur le site l’écho côtier mettant en cause mon intégrité et SURTOUT celle de mon frère, je tiens à faire plusieurs mises au point.

Non je n’ai pas recruté, ni fait recruter, mon frère à la province Sud. Il a envoyé sa candidature dans le cadre d’une procédure publique d’appel à candidatures, ouverte entre le 15 mars et le 20 avril 2018, pour un emploi laissé vacant en février 2018. La procédure de recrutement s’est déroulée normalement sous le contrôle de la direction des ressources humaines qui a organisé un jury afin d’auditionner les 5 meilleurs candidats.

Non le poste qu’il occupe n’est pas fictif. Il existe depuis plusieurs années à la province mais son titulaire l’a laissé vacant en février 2018. Parmi ses missions figurent le suivi des programmes de recherche des organismes scientifiques que la province cofinance (Université de la Nouvelle-Calédonie, IRD, IAC, CNRT nickel, ADECAL, Institut Pasteur, IFREMER), la recherche de financements internationaux, la coordination des appels à projets de recherche-développement intéressant la province Sud et le pilotage du schéma de transition énergétique de la province Sud.

Non les règles de l’emploi local n’ont pas été piétinées. Mon frère est calédonien, citoyen et fonctionnaire. Il présente le niveau de formation et les compétences requises pour le poste étant docteur en biologie, titulaire d’une HDR (habilitation à diriger les recherches) et médaillé de bronze du CNRS.

Non mon frère ne touche pas un million par mois mais bien moins. Et sa rémunération correspond strictement à celle que prévoit notre réglementation pour les fonctionnaires en détachement sur les postes de chargés de mission.

Non mon frère n’a pas été sanctionné pour faute grave, ni à fortiori pour fraude comme j’ai pu le lire dans les Nouvelles. La mauvaise conduite scientifique qui lui est reprochée concerne quelques illustrations d’articles dont la démonstration scientifique demeure par ailleurs incontestée.

L’abaissement d’un échelon qui le concerne représente une perte de salaire de 80 euros (9 800 F) par mois. Tout le monde peut comprendre qu’on ne sanctionnerait pas des agissements prétendument si graves de la sorte alors que l’échelle des sanctions prévoit par exemple la rétrogradation, la révocation ou la mise à la retraite d’office.

Non mon frère n’a pas quitté son poste du CNRS suite à cette sanction. Il fait même toujours partie des effectifs du CNRS dont il est simplement en détachement, position qu’occupe des milliers de fonctionnaires de la fonction publique territoriale. Et il est en fonction en Nouvelle-Calédonie depuis plus de trois mois.

Je ne suis pas dupe du seul objectif qui anime les auteurs de ce site : caricaturer, exagérer, salir et au final mentir pour me nuire politiquement, nuire à ma famille et au delà à Calédonie Ensemble et ses élus. Si je vois bien pourquoi on me vise, je ne peux admettre qu’on cherche à le faire en s’en prenant aux membres de la famille qui ne font pas de politique. Le procédé est ignoble et déshonore leurs auteurs.

À voir aussi :

Nouvelle-Calédonie: les indépendantistes pour un autre référendum – Le Figaro

(4 décembre 2018) Les dirigeants de l’Union Calédonienne (FLNKS) souhaitent qu&rsquo…