Accueil ACTUALITÉS Avis de l’UCF sur le projet éducatif : Une inutile querelle politicienne

Avis de l’UCF sur le projet éducatif : Une inutile querelle politicienne

ecole

( 14 décembre 2015 ) Mardi prochain, le gouvernement collégial va adopter le projet de délibération relatif à l’avenir de l’école calédonienne, afin de définir pour celle-ci un cadre et un cap ambitieux, ainsi que les moyens nécessaires à leur mise en œuvre. Toute la communauté éducative est en attente de ce texte, à l’élaboration duquel elle s’est pleinement associée.

Reposant sur une vision d’avenir traduisant les valeurs de l’école Républicaine et les réalités calédoniennes, ce projet vise à ce que notre école donne à tous nos enfants l’opportunité de réussir. C’est là une réponse indispensable aux inégalités dont souffre la société calédonienne et, par conséquent, un élément essentiel de la construction du vivre ensemble et une formidable opportunité pour notre jeunesse.

C’est une première qui fera date !

Pourtant, lors d’une conférence de presse, vendredi, les élus de l’UCF ont tenu des propos montrant leur ignorance des enjeux, de la démarche et du texte que doit voter le congrès.

Pour Calédonie Ensemble, il s’agit d’une agitation politicienne, qui n’est pas à la hauteur des attentes et des espoirs que suscite le projet éducatif calédonien.

En effet, ce texte vient conclure une réflexion participative d’une ampleur sans équivalent en Nouvelle-Calédonie, engagée dès juillet 2014 par André-Jean LÉOPOLD et poursuivie par Hélène IÉKAWÉ, et qui tenu compte des avis exprimés lors de :

• 80 réunions de présentation à l’ensemble de la communauté éducative (syndicats des personnels, chefs d’établissement, parents d’élèves…) ;
• 3 réunions de collégialité au gouvernement ;
• 6 débats en commission dans les trois provinces ;
• 2 réunions de la commission de l’enseignement et de la culture du congrès ;
• 4 réunions du conseil consultatif de l’enseignement (où siègent les enseignants des 1er et 2nd degrés, les parents, les représentants institutionnels, etc.) ;
• un séminaire de deux jours, en octobre 2015, regroupant tous les acteurs de l’éducation ; • des échanges permanents sur un site collaboratif, auquel ont contribué 250 personnes.

Les élus de l’UCF ont manifestement gardé leurs distances vis-à-vis de cette démarche participative. C’est leur choix, mais cela ne les autorise pas à tenir des propos irresponsables.

Ils prétendent que le projet éducatif retient des objectifs « trop flous ou trop idéalistes ». Pourtant, le projet éducatif affirme, par exemple, qu’à l’horizon 2020, 75 % de nos jeunes doivent être en mesure d’obtenir leur baccalauréat, afin d’élever le niveau général de formation et de ne laisser personne au bord de la route !

Ils déplorent « peu de références au niveau national ». Pourtant, toute la délibération repose sur la délivrance des diplômes par l’État !

Ils estiment que la délibération ne met « pas assez l’accent sur l’acquisition des fondamentaux et l’enseignement du français ». Pourtant, la lutte contre l’illettrisme, pour maîtriser les compétences en français, est l’une des grandes priorités du projet éducatif !

Ils regrettent qu’une « question aussi sensible que l’éducation soit débattue pendant les grandes vacances ». Pourtant, le congrès doit conclure, avant la rentrée 2016, une démarche engagée il y a 18 mois avec toute la communauté éducative ! Les vacances scolaires sont faites pour les élèves, pas pour les élus !

Heureusement, il n’est pas trop tard pour les élus de l’UCF : une fois le projet éducatif adopté, le gouvernement poursuivra sa démarche participative, afin de préparer et suivre les 70 actions à mettre en œuvre. Les élus de l’UCF pourront apporter leur contribution aux 9 groupes de travail qui seront régulièrement réunis avec les institutions et la communauté éducative.

La construction de l’école calédonienne est un enjeu majeur de notre développement, et le projet éducatif est, dans ce cadre, un signal fort adressé, avec détermination et pragmatisme, à toute la communauté éducative. Il constitue un véritable espoir pour toute la jeunesse calédonienne, qui ne laisse aucune place aux postures politiciennes et aux tapages médiatiques.

À voir aussi :

MUNICIPALES 2020 – PAITA – Présentation de notre programme à la presse

(15 février 2020) Ce matin, nous avons présenté devant la presse notre programme pour ces …