Accueil FOCUS MÉDIA Faire décoller l’agriculture

Faire décoller l’agriculture

Le 6 aout dernier, 600 professionnels de l’agriculture se sont retrouvés à La Foa pour la restitution des travaux sur la PPAP, Politique publique agricole provinciale. En présence du député de la 2ème circonscription, Philippe Gomès, du président de la province Sud Philippe Michel et du président de la commission de l’agriculture du Congrès, du président du gouvernement Philippe Germain, Nicolas Metzdorf, les grandes orientations ont été présentées.

L’objectif de la PPAP, est de professionnaliser l’agriculture calédonienne et de faire en sorte qu’elle assure 25 à 30% d’autosuffisance alimentaire du pays dans les dix ans à venir. À la Foa, on a d’abord dressé des constats : « Le problème de l’agriculture en Nouvelle-Calédonie, a ainsi déclaré Philippe Michel, c’est le problème du revenu des exploitants. Si l’agriculture ne décolle pas en Nouvelle-Calédonie, c’est parce que les producteurs ne gagnent pas suffisamment bien leur vie ». Le président de la province Sud a alors rappelé qu’à l’initiative de Calédonie Ensemble, un certain nombre de mesures avaient été adoptées pour aider l’installation des jeunes à la terre ou la revalorisation des revenus agricoles, et de coter la loi de pays sur les baux ruraux. Concernant la PPAP, il s’agit d’organiser des filières professionnelles, « dans chaque filière, a précisé Philippe Michel, on décline ce plan qui a été arrêté avec les agriculteurs, avec les organisations professionnelles, avec la chambre d’agriculture, et on va porter ce travail de front sur plusieurs années ». Ce que Philippe Michel, invité du journal télévisé le 6 août dernier, a confirmé :
« L’agriculture calédonienne comble à peine 15 % de nos besoins alimentaires pour deux raisons simples. La première, c’est que le foncier agricole à l’achat est devenu trop rare et trop cher pour être amortissable, notamment pour les nouvelles générations d’agriculteurs, puis la deuxième, c’est qu’aujourd’hui, les revenus moyens des agriculteurs sont les plus faibles de toutes les catégories socioprofessionnelles, 156 mille francs par mois, et que dans ces conditions-là, il n’y a pas de nouvelles générations qui veulent prendre la relève. Donc, le rôle des pouvoirs publics, c’est de mettre en place un dispositif qui permette d’améliorer ce taux d’autosuffisance alimentaire. »

Source : NC 1ère

Pour sa part, Nicolas Metzdorf, invité de Radio Djiido, a lancé un message aux agriculteurs : « dans ce pays, a-t-il dit, on ne savait plus pourquoi on faisait de l’agriculture. On ne savait pas pourquoi on la faisait. Et nous, on est arrivés en disant : il faut que vous produisiez pour nourrir ce pays, on a besoin de vous. Et c’est vrai qu’ils sont importants, les agriculteurs, parce que sans eux, on ne mange pas de produits calédoniens ». Et Nicolas Metzdorf d’insister sur cette nécessaire diversification : « il faut pouvoir diversifier l’économie et nous, on compte beaucoup sur l’agriculture pour ça, parce que, si l’agriculture permet de nourrir la population calédonienne, elle permet aussi de créer de la richesse et de la valeur ajoutée, notamment en brousse, donc, c’est de l’argent pour les Calédoniens, c’est du pouvoir d’achat pour les Calédoniens et c’est de l’argent qui reste dans le pays. »

À voir aussi :

Une élection à la 3è vice-présidence de la province Sud au mépris de toutes les règles démocratiques

(19 juillet 2019) Calédonie Ensemble condamne l’élection de Milakulo Tukumuli au poste de …