Accueil VIDÉOS TGC et compétitivité : Les explications du président du gouvernement

TGC et compétitivité : Les explications du président du gouvernement

( 4 septembre 2016 ) Le président du gouvernement était l’invité du JT ce 4 septembre. Une intervention à la suite du vote par le congrès des projets de lois de pays sur la TGC et la compétitivité.

Philippe Germain n’a pas hésité à qualifier ces votes d’historiques, mais il s’est défendu d’y voir une victoire personnelle. « La TGC, a-t-il déclaré, va surtout nous permettre de nous attaquer à la vie chère en Nouvelle-Calédonie », et il revenu sur les mécanismes de cette taxe générale à la consommation. Philippe Germain a ainsi insisté sur le fait que « les entreprises vont être maintenant exonérées avec la TGC des taxes qui pèsent sur leurs produits, sur leurs charges d’exploitation, et sur leurs investissements ».

Cette intervention a donné l’occasion à Philippe Germain, exemples à l’appui, d’insister sur le fait que « ce que nous avons signé dans les contrats de compétitivité, c’est de faire baisser les prix de 10% dans les trois principaux postes de dépenses des Calédoniens ». Interrogé sur les critiques émises à l’encontre de la loi compétitivité selon lesquelles il s’agit d’un cadenassage de l’économie, Philippe Germain en a appelé à la responsabilité du gouvernement : « je vous rappelle, a-t-il déclaré, que nous parlons de 51 milliards, nous allons bouleverser, supprimer 51 milliards de taxes, et un gouvernement digne de ce nom ne peut pas ne pas s’inquiéter de ce qui va se passer ». Rappelant par ailleurs que la Nouvelle-Calédonie est le territoire le plus cher de la République, et interrogé sur le contrôle des marges, le président du gouvernement que la question demeurait bien de savoir « comment par la consommation on relance l’économie et la création d’emplois ».

Philippe Germain a été interrogé sur les accusations de dirigisme qui ont été portées sur la réforme. Il s’en est défendu en rappelant que « cette réforme nous permet d’atteindre le double objectif, de faire baisser les prix pour redonner du pouvoir d’achat aux consommateurs, et donc, de relancer la croissance ». Il a rappelé par ailleurs que toute la place restait à la négociation : « les discussions sur la compétitivité vont reprendre dans les prochains jours », a-t-il déclaré.

Source : NC 1ère

À voir aussi :

Inscription d’office des calédoniens natifs de droit commun : Calédonie Ensemble condamne le double langage de Sonia Backès

(17 octobre 2019) Lors du dernier comité des signataires, l’Etat a refusé, à la demande de…