Accueil VU SUR LE WEB Enquête nationale « Virage » : Un retard qui pourrait avoir des conséquences

Enquête nationale « Virage » : Un retard qui pourrait avoir des conséquences

( 14 septembre 2016 ) Nicole Robineau :  « Pause déjeuner de cette journée marathon dédiée à l’examen du Budget Supplémentaire 2016 de la Calédonie..
j’en profite pour répondre à l’invitation lancée par le CESE (Conseil Économique, Social et Environnemental) à la condition féminine. Audition programmée autour des violences faites aux femmes, et commandée par le CESE national lequel a été chargé par le ministère des Outre-mer d’évaluer l’ampleur locale du phénomène ! Cela en réponse aux démarches que la province Sud et le député Gomès ont entreprises depuis deux ans pour obtenir l’extension au territoire de l’enquête nationale « Virage » (son objectif est de mettre à jour les liens intrafamiliaux qui se jouent et se déjouent dans un contexte de violence (génèse, impact et rôle de chacun, femmes mais aussi hommes et enfants).
…Sauf que cette commande ne répond pas à nos attentes, sachant que l’enquête « Virage » a déjà été étendue à La Reunion et aux Antilles (occultant, pour des raisons non identifiées, la Calédonie qui pourtant détient le record de taux de violences selon l’enquête nationale INSERM de 2003)… et que la décision de saisir le CESE ne fait finalement que retarder le moment de prendre la décision d’étendre cette enquête au territoire, retard qui pourrait avoir pour conséquence l’impossibilité de bénéficier de cette enquête dont la collecte de données à déjà commencé…. j’ai donc alerté le CESE local sur ce fait et sur l’urgence de transmettre ses conclusions !!
Cela n’empêche ni le président de la province Sud, ni le député , ni moi même de suspendre nos interventions auprès des ministères et autres autorités nationales.  »

À voir aussi :

Rencontre d’agriculteurs en Mayenne

Aujourd’hui j’ai passé une très belle journée en Mayenne, à l’invitation…