Accueil VU SUR LE WEB Philippe Dunoyer : « Je soutiens la structuration de nouvelles filières »

Philippe Dunoyer : « Je soutiens la structuration de nouvelles filières »

( 16 mars 2017 ) Philippe Dunoyer : « Ce matin j’ai eu le privilège de rencontrer deux entreprises très impliquées dans l’avenir de notre économie en tant qu’acteurs du développement de nouvelles filières comme celle de la transformation et le recyclage du verre.


MIVI , spécialisée dans la transformation , est une entreprise de 12 salariés dont certains ont 20 années d’ancienneté et générant 300 millions de chiffres d’affaires. MIVI est très engagée dans une démarche QHSE avec zéro accidents en 4 ans ce qui mérite d’être souligné en raison de la dangerosité du matériau traité. Cette société a réalisé de lourds investissements dans des équipements modernes et numériques permettant, entre autres, la valorisation des compétences du personnel et le développement du travail à façon qui reste une caractéristique majeure de notre industrie de transformation.


RECYVERRE quant à elle , créée en 2013, est une TPE de 2 salariés qui a pour objectif de valoriser tous les déchets issus du verre pouvant ensuite trouver des applications multiples et permettant ainsi d’inscrire cette filière dans une démarche d’économie circulaire. Ainsi le verre recycle pourra se retrouver dans l’enrobage des routes , dans les blocs de filtration d’eau au sable, dans des agglos décoratifs ou encore être utilise pour sabler et abraser des métaux… L’objectif est de parvenir a recycler le maximum de déchets (aujourd’hui RECYVERRE traite 780 tonnes a l’année, ce qui ne représenterait que 8 % du gisement des déchets), plutot que de les enfouir dans le sol et grossir les zones de stockage!


Je ne peux qu’encourager ces initiatives entrepreneuriales qui s’inscrivent dans le développement et la structuration de nouvelles filières qui vont permettre à la Nouvelle-Calédonie de tendre vers une économie mieux inscrite dans le respect de notre environnement.
»

À voir aussi :

Réglons les problèmes sanitaires, économiques et sociaux avant de s’engager sur un second tour des municipales

(21 avril 2020) Il nous semble plus urgent de traiter les problèmes sanitaires, économique…