Accueil VU SUR LE WEB La venue d’Edouard Philippe en Nouvelle-Calédonie “extrêmement positive” – AFP

La venue d’Edouard Philippe en Nouvelle-Calédonie “extrêmement positive” – AFP

NOUMÉA, 25 oct 2018 (AFP) – Le député Philippe Gomes, leader de Calédonie ensemble (CE, droite modérée) a qualifié “d’extrêmement positive” l’annonce de la venue d’Edouard Philippe en Nouvelle-Calédonie, au lendemain du référendum sur l’indépendance du 4 novembre.

“Que, dès le résultat connu, la France fasse acte de présence en Nouvelle-Calédonie au plus haut niveau témoigne de l’attention et de la vigilance portée à la question calédonienne”, a déclaré à l’AFP, M. Gomes.

Le Premier ministre a annoncé mercredi à l’Assemblée nationale qu’il se rendrait en Nouvelle-Calédonie le 5 novembre avec Annick Girardin, ministre des Outre-mer, “pour rencontrer l’ensemble des forces politiques (…) et évoquer avec eux les conditions de l’après-4 novembre”.

Il répondait à une question du député Philippe Dunoyer (CE) qui interrogeait le locataire de Matignon sur la poursuite de “l’accompagnement de l’Etat, en cas de victoire très probable du non (à l’indépendance, ndlr)), dans le processus d’émancipation engagé”.

“La venue de M. Philippe est un acte symbolique pour montrer que l’Etat ne nous laisse pas seul avec le résultat, que l’Etat est un partenaire, dont la neutralité était indispensable avant le référendum”, s’est félicité M. Gomes.

Il a souligné que “l’enjeu était l’après-référendum”, soulignant que “le projet ne pourra commencer à être discuté qu’au lendemain des élections provinciales”, qui auront lieu en mai 2019.

Dans un communiqué, Calédonie ensemble, principale formation non indépendantiste, a rappelé sa volonté “de construire une nouvelle organisation politique permettant de conforter le vivre-ensemble et de poursuivre l’émancipation au sein de la République”.

Avec les indépendantistes du FLNKS, les dirigeants de Calédonie ensemble ont adopté en juillet et août derniers une Charte des valeurs calédoniennes et un Bilan politique partagé de l’accord de Nouméa (1998) au sein d’un groupe de dialogue mis en place à l’initiative du Premier ministre. Les deux formations proches des Républicains (LR) s’y sont refusé.

Source : AFP

À voir aussi :

Réunion de quartier à Tindu le Jeudi 25 avril 2019 à 18h

Chères Calédoniennes, Chers Calédoniens, Le 12 mai prochain, vous allez choisir celles et …