Accueil ACTUALITÉS La mise en œuvre d’un centre d’accueil en urgence des victimes d’agressions au Médipôle sera effective dès 2019

La mise en œuvre d’un centre d’accueil en urgence des victimes d’agressions au Médipôle sera effective dès 2019

(28 décembre 2018) Lors de l’examen du Budget 2019 de la Nouvelle-Calédonie, ce 27 décembre, Calédonie Ensemble a, par la voix de Nicole ROBINEAU, proposé et fait adopter par le Congrès un amendement visant à permettre la mise en place effective, dès début 2019, au sein du MEDIPOLE, d’un dispositif d’accueil en urgence des victimes d’agressions (de type CAUVA).

Cette structure aura pour objet d’accueillir les victimes de violence, de procéder à une première prise en charge médicale, d’identifier leurs besoins (hébergement, aide sociale, …) de les accompagner dans leurs démarches et de les orienter, si elles le souhaitent, vers les services de police et de gendarmerie. Elle aura également une mission de prévention et d’observation de la violence sur le territoire calédonien.

Sa création est le fruit d’un travail au long cours mené sans relâche depuis plus de deux ans par Nicole ROBINEAU, en tant que présidente de la commission de la condition féminine à la province Sud et présidente des droits de la femme et de la famille au Congrès, avec le soutien actif, dès 2017, des députés Philippe DUNOYER et Philippe GOMES, lesquels s’étaient engagés, lors de la campagne législative de juin 2017, à intervenir auprès de l’Etat pour que cette structure d’accueil soit rapidement opérationnelle.

C’est ainsi que le contrat Etat inter collectivités 2017-2021 a intégré le financement de ce dispositif, à 80% par l’Etat, et à 20% par la Nouvelle-Calédonie.

En mai 2018, lors de l’examen du projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes le député Philippe GOMES avait rappelé l’urgence à « améliorer la protection et l’accès au droit des victimes dans les Outre-mer ». Plus récemment, en octobre dernier, dans son rapport rendu pour avis dans le cadre du projet de loi de finances pour 2019, le député Philippe DUNOYER rappelait « le constat alarmant des violences faites aux femmes » en Outre-mer, et plus particulièrement encore en Nouvelle-Calédonie, où près de 9 femmes sur 1000 sont victimes de crimes ou de coups et blessures (contre 3,5/ 1000 en Métropole).

Aujourd’hui, grâce au vote du congrès, le dispositif d’accueil et de prise en charge dédié pourra être rapidement effectif, au travers d’une convention par laquelle l’Etat et la Nouvelle-Calédonie confient au CHT Gaston BOURRET sa mise en œuvre opérationnelle.

Calédonie Ensemble se félicite de cette avancée majeure pour la société calédonienne, qui doit encore réaliser bien des efforts afin que les violences de toutes natures, et notamment celles trop souvent commises à l’égard des femmes, soient, dans notre pays, systématiquement condamnées.

À voir aussi :

Commission des affaires étrangères et des armées ce matin pour l’examen d’une partie du PLF

(14 novembre 2019) Gérard Poadja : “Et séance de QAG cet après midi.” …