Accueil ACTUALITÉS Les Calédoniens ne peuvent être tenus à l’écart du Grand débat national

Les Calédoniens ne peuvent être tenus à l’écart du Grand débat national

(11 février 2019) Nous avons sollicité le président de la République afin que les Calédoniens qui le souhaitent puissent apporter leur contribution dans le Grand Débat national en cours.

En effet, le 4 novembre dernier, le peuple calédonien a confirmé à une large majorité sa volonté de demeurer au sein de la République.

Aussi, à l’heure où le président de la République ouvre le champs des possibles pour que celle-ci puisse positivement se réformer en tenant compte des problématiques de notre temps, les Calédoniens ne peuvent être tenus à l’écart du débat : la reconnaissance du vote blanc, l’instauration du vote obligatoire, la détermination du nombre de parlementaires, l’instillation d’une dose de proportionnelle, le recours à des référendums d’initiative citoyenne figurent parmi les sujets qui concernent également les Calédoniens.

C’est la raison pour laquelle nous avons tenu à solliciter l’Etat afin que le Haut Commissaire propose aux maires d’ouvrir des cahiers de doléances. De la même façon nous sommes intervenus auprès du congrès et des provinces afin que des initiatives soient prises destinées à favoriser la participation de nos concitoyens à ce grand débat national.

Monsieur le Président de la République,

Vous avez initié depuis le 16 janvier 2019 un grand débat national qui se déroulera jusqu’au 15 mars prochain.

Depuis lors, vous êtes allé à la rencontre des maires partout en France. Les collectivités du Pacifique n’ont pas été associées à ce grand débat dans la mesure où sur beaucoup de sujets, la compétence leur appartient, notamment en matière fiscale, sociale, économique et de transition écologique.

Pour autant, les sujets relatifs à la démocratie nous concernent de la même manière que les autres parties du territoire de la République, d’autant plus que les Calédoniens ont décidé à une large majorité, le 4 novembre dernier, de rester au sein de la République française.

Il nous semble donc important, sur ce point, que nos concitoyens soient incités à participer au grand débat national.

La reconnaissance du vote blanc, l’instauration du vote obligatoire, le nombre de parlementaires, l’instillation d’une dose de proportionnelle aux élections législatives, une démocratie plus participative, le recours à des référendums d’initiative citoyenne sont autant de sujets qui concernent aussi les Calédoniens.

C’est pourquoi, Monsieur le Président, nous souhaitons que l’Etat, le congrès de la NouvelleCalédonie, les trois provinces, les mairies ouvrent des cahiers de doléances afin que les propositions des citoyens sur ce sujet puissent être recensées et transmises avant le terme du grand débat national.

Dans cette perspective, le haut-commissariat pourrait ouvrir un tel registre et proposer aux maires d’en faire de même. Nous allons de notre côté sensibiliser également le président du congrès, les maires et les présidents de province sur l’utilité de cette démarche.

Vous remerciant par avance de l’intérêt que vous voudrez bien porter, Monsieur le Président de la République, à la présente requête, nous vous prions d’agréer, l’assurance de notre haute considération.

À voir aussi :

Réunion publique à LA FOA, mardi 26 mars 2019 à 18h

Chères Calédoniennes, Chers Calédoniens, Le 12 mai prochain, vous allez choisir celles et …