Accueil ACTUALITÉS LA FOA, chronique de ma plus belle histoire d’amour

LA FOA, chronique de ma plus belle histoire d’amour

(12 mars 2019) Philippe GOMES « Il y a 30 ans, j’avais 30 ans ( ! ) et en mars 1989, je devenais, au lendemain des Evénements, maire d’une petite commune de Brousse : LA FOA.

Nous avons été élus le 12 mars 1989…avec 12 sièges (sur 19). J’ai été élu maire le 17 mars.

Jacques LAFLEUR m’a fait l’honneur d’assister à ce premier conseil municipal, et de saluer « l’avènement d’un ami de qualité ».

Grâce aux Lafoyens et à une formidable équipe de trentenaires ( Serge GUILLERMET, Jean Jacques DELATHIERE, Jean Paul POIWI, Eric MOGLIA, David JESSOP et d’autres ), nous débutions en 1989 une aventure humaine joyeuse et ambitieuse.

Elle durera trois mandats, durant 20 ans. A chaque fois, les Lafoyens furent au rendez-vous en me permettant de continuer à présider aux destinées de la commune, avec 75% des suffrages en 1995, et 84% des suffrages en 2001.

C’est une période essentielle de ma vie personnelle et politique qui, par des rencontres et un travail de terrain, dans les creux des vallées et les chemins des tribus, a forgé mon identité.

Elle a renforcé mon attachement à cette terre. Elle m’a donné ce « supplément d’âme » dont peuvent être porteurs les responsables politiques qui ont eu la chance d’exercer leur mandat dans la Brousse calédonienne.

Cette tranche de vie vient d’être consacrée par le titre qui m’a été donné par le haut-commissaire de la République, de « Maire honoraire de la commune de LA FOA ».

Cette reconnaissance de l’Etat peut être accordée dès lors que vous avez exercé 18 années de mandat électif comme premier édile de la commune.

A l’issue de la séance du conseil municipal – qui s’est exceptionnellement tenu au centre culturel Francis ROSSI -, ce sont ces années que nous avons passées en revue, mardi soir, avec les amis, anciens élus, actuels adjoints, conseillers et citoyens de LA FOA.

David JESSOP, Jean Paul POIWI, Ado DEBELS, Linda DUBUISSON, Serge DUBUISSON, Daniel GUEPY, Pascal BRINI, Danielle FABRE, Anne-Marie HERVOUET étaient présents et ont pu témoigner du chemin parcouru ensemble.

L’électrification des tribus et de la région, l’aménagement de la traversée du village qui a beaucoup fait parler, la réalisation des lotissements sociaux, l’inauguration de la place publique et de l’office du tourisme, la construction de la salle omnisports et de la piscine, l’ouverture de l’aérodrome, la restauration à l’identique de la passerelle MARGUERITE, le jumelage avec TSURUOKA au JAPON, l’édition de « Ils ont créé LA FOA », qui retrace l’histoire des familles pionnières, la création du festival du cinéma de LA FOA, rendez-vous incontournable des cinéphiles depuis 20 ans, et tant d’autres choses que nous avons ensemble revisitées, l’espace d’une soirée…

Serge GUILLERMET et Jean-Jacques DELATHIERE, compagnons de route de la première heure qui travaillent toujours aux côtés de Corine VOISIN et de son équipe, pour le développement de la commune, étaient aussi là, comme ils le sont depuis 30 ans.

J’ai souhaité aussi rendre hommage à certains de ceux qui nous ont quitté et qui ont partagé, à partir de 1989, le premier mandat de l’équipe municipale, notamment Eric MOGLIA, longtemps adjoint chargé des affaires sociales, qui nous a quitté récemment, Jean-Marie POUKIOU, brillant jeune homme de la tribu de Oui Poin, disparu trop tôt, Georges ASSAO, élu municipal et ancien président du conseil d’aire.

J’ai aussi une pensée particulière pour Patita TUISAMOA, Petelo PAUGA et Potino FOTOFILI qui m’ont longtemps accompagné au titre de la communauté wallisienne et futunienne de la région, et enfin Alphonse et Calixte POIWI, respectivement porte-parole et grand Chef de la tribu de Oua Tom, ainsi que Ernest NIMDUMA, petit chef de la tribu de Oui Poin et Clément MONEFARA, petit chef de Koindé avec lesquels nous avons œuvré pour améliorer les conditions de vie dans les tribus.

Cette liste ne serait être complète sans le premier d’entre eux, à qui je dois tout, un homme sans lequel ma vie aurait suivi un autre cours, probablement très différent.

Cet homme, c’est Georges GUILLERMET, éleveur boucher à LA FOA, dit « le sorcier de Fonwhary », parce qu’il avait gagné la coupe Clarke à 7 reprises
consécutives, avec le même cheval – BALTO – et le même jockey – Jacques HILLIER -. Grande figure de la Brousse calédonienne, unanimement estimé et respecté, Il m’a adoubé dès 1985, lorsque je commençais à rêver de conquérir le cœur de ce petit village de Brousse.

Sans lui, sans son soutien, sans son amitié, cette extraordinaire aventure humaine qui a commencé à LA FOA et qui me conduit aujourd’hui à exercer cette noble mission de Député de la République, ne se serait jamais écrite.

Merci à Georges et à tous les Lafoyens ».

 

À voir aussi :

Commission des affaires étrangères et des armées ce matin pour l’examen d’une partie du PLF

(14 novembre 2019) Gérard Poadja : “Et séance de QAG cet après midi.” …