Accueil ACTUALITÉS Numérique : L’École 42 de Xavier Niel recrute en Nouvelle-Calédonie

Numérique : L’École 42 de Xavier Niel recrute en Nouvelle-Calédonie

(19 mars 2019) Une mission de l’École 42, spécialisée dans la formation de développeur, a lieu actuellement en Nouvelle-Calédonie afin de faire passer des tests d’admission aux jeunes Calédoniens intéressés pour intégrer cette prestigieuse et singulière école de codage à Paris.

Les tests d’admission auront lieu ce samedi 23 mars. En amont, une conférence sur les enjeux du numérique sera organisée le jeudi 21 et le lendemain, les collégiens et lycéens prendront part à des ateliers d’initiation à la programmation. Selon Les Nouvelles Calédoniennes, plus de 180 Calédoniens se seraient déjà inscrit à ces tests d’admission. Les candidats sélectionnés seront ensuite mis à l’épreuve sur leur autonomie, leur persévérance, leur capacité de travail, leur appétence pour le codage informatique et leur habilité à travailler en groupe. « On en veut une comme ça en Nouvelle-Calédonie pour favoriser l’éclosion des talents calédoniens notamment ceux qui n’ont pas eu un cursus scolaire parsemé de roses », avait déclaré le député Philippe Gomès en janvier. « Une mission de l’école viendra en mars de cette année pour examiner in situ la faisabilité du projet ».

École 42 :

42 est la première formation en informatique entièrement gratuite, ouverte à toutes et à tous sans condition de diplôme et accessible dès 18 ans. « Sa pédagogie est basée sur le peer-to-peer learning : un fonctionnement participatif, sans cours, sans professeur, qui permet aux étudiants de libérer toute leur créativité grâce à l’apprentissage par projets », indique-t-on sur le site de l’école. 42 a été fondée à l’initiative de Xavier Niel en 2013 « alors que l’industrie du numérique en France subissait une importante pénurie de développeurs informatiques ». Pour former en grand nombre les meilleurs talents de demain, l’établissement met à disposition les meilleures infrastructures dans des lieux innovants et modernes à Paris, Fremont (Silicon Valley) et Alger.

La formation n’étant pas agréée par le Ministère de l’Enseignement supérieur, les étudiants reçoivent une certification professionnelle, et non un diplôme d’État, et ne peuvent prétendre à des bourses d’État. Cependant, l’école a rejoint le dispositif « Grande Ecole du Numérique », permettant de labelliser ces certifications et, pour les étudiants, de bénéficier d’une aide financière attribuée par le CROUS.

Source : outremer360°

À voir aussi :

Il y a 31 ans, le drame d’OUVEA nous rappelait que « le bon droit » ne fait pas –à lui seul- la Paix

Philippe GOMES : “Alors que dans quelques semaines nous devront ensemble imaginer « …