Accueil ACTUALITÉS Inauguration de la brigade de prévention de la délinquance juvénile et du peloton motorisé de KONE

Inauguration de la brigade de prévention de la délinquance juvénile et du peloton motorisé de KONE

(5 avril 2019) Nous avons inauguré ce matin à KONE, deux nouvelles entités au sein des forces de gendarmerie de Nouvelle-Calédonie en province NORD : Il s’agit d’une part de la brigade de prévention de la délinquance juvénile de KONE, et d’autre part du peloton motorisé de KONE.

Ces nouvelles unités de la gendarmerie en province Nord sont le fruit d’un travail que nous avons mené ensemble et sans relâche, au Sénat, à l’Assemblée nationale, en commission comme en séance, mais également lors des derniers Comité des signataires de l’Accord de NOUMEA, afin de voir d’accroître les moyens de la gendarmerie en province Nord, au service de la sécurité de nos concitoyens.

Ces nouvelles brigades sont dorénavant opérationnelles ! … Leur création représente une avancée significative en terme de rééquilibrage pour nos populations du Nord. Elles étaient devenues une véritable nécessité, pour contribuer à combattre, dans une province Nord en pleine mutation, entre ruralité et urbanisation, deux fléaux majeurs qui gangrènent la société calédonienne: celui de la délinquance des mineurs, d’une part, et celui de la délinquance routière, d’autre part.

Ces deux brigades, il ne faut pas l’oublier, sont aussi le fruit d’un effort significatif fait par l’Etat vers la Nouvelle-Calédonie, dans un contexte budgétaire contraint.

Rappelons que dans notre pays, 60% de la délinquance de proximité est le fait de mineurs dont la moitié à moins de 15 ans. Rappelons aussi que la délinquance routière atteint des sommets, à un niveau 4 fois supérieur à celui de la Métropole, avec un niveau de mortalité parmi les plus élevé au monde.

Il nous faut donc poursuivre collectivement nos actions pour offrir aux Calédoniens, et notamment aux habitants du Nord, la sécurité à laquelle ils ont droit. Nous nous y engageons et restons mobilisés pour cela !

 

À voir aussi :

Réglons les problèmes sanitaires, économiques et sociaux avant de s’engager sur un second tour des municipales

(21 avril 2020) Il nous semble plus urgent de traiter les problèmes sanitaires, économique…