Accueil ACTUALITÉS Antenne du RSMA à BOURAIL : la concrétisation d’un travail collectif pour offrir de nouvelles perspectives d’avenir à nos jeunes

Antenne du RSMA à BOURAIL : la concrétisation d’un travail collectif pour offrir de nouvelles perspectives d’avenir à nos jeunes

(10 avril 2019) Philippe GOMES : « J’étais ce matin à BOURAIL pour participer à la cérémonie de signature de la convention entre l’Etat, la Nouvelle-Calédonie et l’ETFPA, qui marquait le lancement de l’implantation d’une troisième compagnie du RSMA dans le pays.

Cette 3ème implantation du RSMA, après KOUMAC et KONE, est la 1ère en province Sud.
Cette signature est une très grande satisfaction ! Elle constituait pour Gérard POADJA et moi un engagement de campagne pris en 2017, pour « Encourager l’insertion de notre jeunesse ».

C’est avant tout une satisfaction parce que nous devons nous rappeler que dans le pays, chaque année, 600 jeunes de moins de 16 ans et 400 de 16 à 18 ans sortent du système scolaire sans la moindre qualification, a foritori sans diplôme et sans emploi. Comme j’ai eu l’occasion de l’exprimer devant le premier ministre : « leur déshérence combinée à une perte de repères finit par les conduire à la délinquance ».
Dans ces circonstances, la création de nouveaux outils d’insertion au service de notre jeunesse, à l’instar de l’ITEP et de l’EPEANC que nous continuons relève de l’absolue nécessité.

C’est une grande satisfaction, aussi, car le choix de l’implantation ne s’est pas fait si naturellement que cela, et j’ai dû intervenir à plusieurs reprises, auprès du premier ministre, de la garde des sceaux et du général LA DOUCETTE, commandant du RSMA au niveau national, pour défendre les aménités de la commune de BOURAIL, au cœur du pays et d’un bassin de vie riche d’une jeunesse en quête d’une meilleure insertion professionnelle.

Le site de l’ETFPA devait être mieux utilisé, mutualisé, pour réellement être mis au service de la Brousse.
Ce sera dorénavant le cas, grâce à ce partenariat entre l’Etat et la Nouvelle-Calédonie.
Parce qu’il est de notre responsabilité collective de « préparer un destin commun pour la jeunesse calédonienne, lui proposer de nouvelles perspectives d’avenir et lui offrir toutes les chances de réussir »

À voir aussi :

L’audition jeudi soir de la ministre de la justice devant la délégation outre-mer de l’Assemblée m’a permis de lui demander des renseignements sur l’accroissement des actes de violences intra familiales et d’enfance en danger dans les Outre-mer et en Nouvelle-Calédonie en particulier

L’audition jeudi soir de la ministre de la justice devant la délégation outre-mer de l’Ass…