Accueil ACTUALITÉS « Je me reconnais dans les valeurs de dialogue, de justice sociale et de paix »

« Je me reconnais dans les valeurs de dialogue, de justice sociale et de paix »

(23 avril 2019)Annie QAEZE, deuxième sur la liste Calédonie Ensemble en province Sud

Vous faites partie des plus jeunes candidats en position éligible sur la liste de Calédonie ensemble en province Sud. Vous étiez déjà la suppléante de Philippe Dunoyer à l’élection législative de 2017 dans la première circonscription. Êtes-vous une femme pressée ?

Je suis engagée au sein de Calédonie ensemble depuis déjà plusieurs années. Je suis conseillère municipale à Nouméa depuis 2014, je suis la suppléante du député Philippe Dunoyer depuis 2017 et je me suis impliquée dans la campagne référendaire. Tout ceci pour vous dire que j’ai acquis une certaine expérience durant tous ces mandats.

Aujourd’hui, Calédonie ensemble me propose de franchir un autre cap en devenant élue du Congrès et de la province Sud. J’en suis très honorée. Je ferai tout pour être à la hauteur des responsabilités qu’on me confie. C’est dans la continuité de mon engagement qui est important et profond. Je me reconnais vraiment dans les valeurs de Calédonie ensemble qui sont celles du dialogue, de la justice sociale et de la paix. Je m’y reconnais à travers mon éducation, à travers ma foi et à travers mon parcours.

Comme plusieurs nouveaux entrants, vous êtes très diplômée. C’était un critère de choix des dirigeants du mouvement dans lequel vous militez ?

Je ne me compare pas aux autres entrants car je suis depuis cinq ans dans l’action politique. Le fait est que pour cette échéance, on a besoin de gens formés, qui ont des expériences et des cursus divers, que ce soit dans le sport, dans la culture, l’économie ou encore le social. C’est la mandature qui va gérer la sortie de l’accord de Nouméa. Il est essentiel d’avoir des gens compétents.

Vous êtes originaire de Lifou et, comme beaucoup de Loyaltiens, vous vivez à Nouméa dont vous êtes conseillère municipale. Aspirez-vous à représenter plus particulièrement les Îliens installés dans l’agglomération ?

Evidemment, oui. De par mon origine, ma famille et mon clan, j’incarne les Îliens qui, comme moi, ont dû partir pour travailler, que ce soit dans le Sud ou dans le Nord. Je ne suis pas la seule Loyaltienne sur cette liste. Il est clair que lors de la prise de certaines décisions, nous penserons aux problèmes spécifiques que rencontrent nos familles et nos proches. Nous les représenterons.

Vous êtes engagée auprès des jeunes. Comment pensez-vous traduire cette inclination si vous êtes élue ?

C’est clairement dans le domaine de la jeunesse que je voudrais agir et m’épanouir si les Calédoniens nous font confiance.

Deux points me tiennent particulièrement à cœur.

Le premier concerne le renforcement de la protection de l’accès à l’emploi local. Actuellement, seules les personnes qui rencontrent un problème de recrutement peuvent saisir la commission de protection de l’emploi local. Nous voulons faire en sorte que les syndicats puissent également le faire.

Le deuxième point consiste à garantir un premier accès à l’emploi des jeunes diplômés, par un stage de six mois rémunéré. De plus en plus d’entreprises exigent une première expérience professionnelle et ceux qui ne l’ont pas, malgré leurs qualifications, se retrouvent au chômage. Il s’agit donc de leur mettre le pied à l’étrier.

Source : LNC

À voir aussi :

Rencontre d’agriculteurs en Mayenne

Aujourd’hui j’ai passé une très belle journée en Mayenne, à l’invitation…