Accueil ACTUALITÉS Election du président du gouvernement : Bien qu’exclu de toutes responsabilités à la province sud et au congrès, Calédonie Ensemble prend ses responsabilités pour permettre au gouvernement d’entrer en fonction

Election du président du gouvernement : Bien qu’exclu de toutes responsabilités à la province sud et au congrès, Calédonie Ensemble prend ses responsabilités pour permettre au gouvernement d’entrer en fonction

(27 juin 2019) Ceux qui en appellent aujourd’hui à la responsabilité des formations politiques pour installer de toute urgence l’exécutif de la Nouvelle-Calédonie n’ont eu aucun scrupule à bloquer à deux reprises le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, pendant plus de 3 mois en 2015 et en 2017.

Pour notre part, afin d’éviter de nous retrouver dans la situation de blocage dans laquelle nous sommes aujourd’hui, nous avons souhaité discuter d’un accord global de stabilité des institutions dès le lendemain des élections provinciales du 12 mai, comme nous l’avions fait en 2009 et en 2014, au travers d’un partage équilibré des responsabilités institutionnelles, dans le respect de la représentativité de chaque formation politique non-indépendantiste issue des élections.

Ce partage global de responsabilités nous a été refusé unilatéralement par l’Avenir en Confiance qui a décidé de s’accaparer tous les postes à l’Exécutif de la province Sud et, en réaction, l’Eveil Océanien a choisi de faire élire Roch Wamytan à la présidence du congrès.

Calédonie Ensemble a également été exclu des discussions initiées par l’Avenir en Confiance avec l’Union Calédonienne et l’Eveil Océanien pour former un gouvernement “​de consensus” (communiqué du 26 mai 2019), discussions qui ont d’ailleurs abouti à proposer à l’Eveil Océanien un poste de vice-président à la province sud.

Cette attitude totalement méprisante à l’égard des 16 000 Calédoniens qui ont porté leurs suffrages sur Calédonie Ensemble nous a naturellement conduit à nous abstenir lors de l’élection du président du gouvernement du 13 juin dernier, dans l’attente d’une remise à plat globale des responsabilités dévolues à chaque formation non indépendantiste.

Cet appel n’a pas été entendu, et ​15 jours après l’élection des membres du gouvernement, nous faisons un double constat :

D’une part, la proposition de former “un gouvernement de consensus” lancée par l’AEC à l’Eveil Océanien et au FLNKS se solde par un échec patent, puisque les mouvements indépendantistes n’entendent pas y répondre favorablement pour le moment.

Bien au contraire, l’UNI et l’UC ont non-indépendantistes de trouver un accord exécutif (Débat à la Une – NC1ère – 13.06.19).

publiquement indiqué qu’il appartenait aux entre eux pour permettre l’installation du nouvel

D’autre part, les difficultés financières du RUAMM, pourtant annoncées de longue date, sont susceptibles d’entraîner une cessation imminente des paiements de la CAFAT.

Cette situation aurait mérité que tous les groupes du congrès prennent en temps utile les décisions ad hoc sur la réforme de la gouvernance préconisée par l’IGAS et la réduction des dépenses de santé proposée par le plan Do Kamo depuis plusieurs mois. Mais il apparaît clair que ce dossier réclame maintenant l’intervention urgente d’un exécutif de plein exercice.

Dès lors, et même si nous avons été exclus de toutes responsabilités à la province sud et au congrès, nous avons décidé de prendre nos responsabilités afin de permettre au gouvernement d’entrer en fonction. Dans ce cadre, nous voterons pour le candidat non indépendantiste à la présidence du gouvernement.

Il va sans dire que cette décision n’emporte en aucune manière une quelconque approbation du programme économique et social annoncé par l’Avenir en Confiance et l’Eveil Océanien.

Notre décision de participer à l’élection du président du gouvernement n’emporte pas non plus de positionnement de Calédonie Ensemble sur l’élection du vice-président du gouvernement sur laquelle nous nous abstiendrons tant que les formations indépendantistes n’auront pas trouvé de consensus.

À voir aussi :

Amélioration des mesures de protection des victimes de violences conjugales

(10 octobre 2019) Philippe Dunoyer : “En dépit de la tenue du comité des signataires…