Accueil ACTUALITÉS Exclusion d’un grand nombre d’étudiants Calédonien du barème national des bourses : la ministre se borne à reconnaitre que c’est un sujet…

Exclusion d’un grand nombre d’étudiants Calédonien du barème national des bourses : la ministre se borne à reconnaitre que c’est un sujet…

(18 septembre 2019) Philippe Dunoyer : “A l’occasion de la séance de questions au Gouvernement, j’ai une nouvelle fois interrogé la ministre de l’enseignement supérieur sur la nécessité de corriger le barème national des bourses sur critères sociaux pour tenir enfin compte des spécificités de la Nouvelle-Calédonie. Un barème manifestement inadapté comme en témoigne le nombre d’étudiants calédoniens boursiers (27%), très inférieur à la moyenne nationale (38%) et deux à trois fois inférieur aux chiffres dans les DOM (58% à la Martinique et 66% à Mayotte).

En dépit de salaires moyens plus élevés qu’en métropole, le pouvoir d’achat des Calédoniens reste faible en raison d’un coût de la vie beaucoup plus élevé qu’en métropole et où les principales dépenses des étudiants (logement, nourriture, communication) y sont 70% plus chères.

Une situation d’autant plus insupportable que les étudiants exclus des bourses d’enseignement supérieur subissent une double peine, leur billet d’avion n’étant pas non plus pris en charge au titre de la continuité territoriale, puisque le dispositif est réservé… aux seuls étudiants boursiers !

Après avoir convenu que l’inadéquation d’un barème national unique dans des territoires où le coût de la vie est élevé constitue effectivement un « sujet », la Ministre a botté en touche, considérant notamment que « le vrai sujet des étudiants de Nouvelle Calédonie, c’est le faible taux de poursuite des études après le bac, le chiffre étant 10% plus faible que la moyenne nationale »…

Cette réponse ne justifie en rien que les calédoniens soient confrontés à ce qui constitue une rupture d’égalité et une vraie perte de chance pour nos enfants. Tout le problème réside dans l’absence de prise en compte de la réalité du coût de la vie sur le territoire et non dans le nombre de jeunes qui souhaitent poursuivre leurs études.

Face à la sourde oreille du ministère de l’enseignement supérieur, je reste déterminé à continuer le combat afin d’assouplir les conditions d’attribution de bourses. Une démarche qui sera dorénavant portée directement auprès de monsieur le premier Ministre.

À voir aussi :

Inscription d’office des calédoniens natifs de droit commun : Calédonie Ensemble condamne le double langage de Sonia Backès

(17 octobre 2019) Lors du dernier comité des signataires, l’Etat a refusé, à la demande de…