Accueil ACTUALITÉS L’Avenir en confiance signe l’arrêt de mort de la PAPP

L’Avenir en confiance signe l’arrêt de mort de la PAPP

(24 octobre 2019) Sonia Backès vient de signer l’arrêt de mort de la Politique Agricole Publique Provinciale (PAPP) en annulant les deux opérations d’investissement majeures prévues par le dispositif.

L’abandon du projet d’irrigation de Boulouparis :

Cet investissement de 660 millions, inscrit au contrat de développement 2017-2021, devait permettre de créer un périmètre irrigué de 350 hectares au Nord de Boulouparis, à partir d’un captage de la Ouenghi et d’un réseau de conduites.

Le bureau de l’assemblée de la province Sud l’a annulé par délibération du 22 octobre dernier et il a réparti les crédits correspondants sur la reconstruction du pont de Thio et la sécurisation des collèges publics.

Nous nous sommes opposés à cette décision en rappelant que ​la province Sud n’a pas investi dans une opération d’hydraulique agricole depuis 30 ans et que ​ce projet était la seule opération agricole inscrite au contrat de développement Etat/Province.

Cette décision est d’autant plus inacceptable que l’Etat vient d’annoncer la prolongation d’une année supplémentaire du contrat de développement 2017-2021 et l’octroi d’une enveloppe complémentaire de 9,4 milliards.

L’arrêt du projet “Petits poulets” :

Cette opération, sur le point d’être lancée, prévoyait la construction d’un abattoir et d’un couvoir pour un coût de 750 millions, sur un terrain mis à disposition par la commune de La Foa et le lancement d’une douzaine d’élevages pour alimenter la filière.

Les banques avaient donné leur feu vert, le gouvernement avait accordé la défiscalisation locale au projet, et huit producteurs étaient positionnés sur l’élevage et l’exploitation du couvoir et de l’abattoir, dans le cadre d’un partenariat avec Promosud.

Globalement, ce projet avait pour objectif d​e substituer mille tonnes de production de poulet local à l’importation, de permettre aux céréaliers calédoniens d’​écouler 1200 tonnes de maïs supplémentaires par an et de ​créer 50 emplois permanents dans le secteur agricole.

En mettant fin au contrat du chef de projet, recruté spécialement, la province Sud a clairement stoppé le projet.

Calédonie Ensemble condamne ces décisions qui sacrifient les intérêts du monde rural et remettent en cause l’objectif stratégique d’amélioration de l’auto-suffisance alimentaire de la Nouvelle-Calédonie.

À voir aussi :

L’audition jeudi soir de la ministre de la justice devant la délégation outre-mer de l’Assemblée m’a permis de lui demander des renseignements sur l’accroissement des actes de violences intra familiales et d’enfance en danger dans les Outre-mer et en Nouvelle-Calédonie en particulier

L’audition jeudi soir de la ministre de la justice devant la délégation outre-mer de l’Ass…