Accueil ACTUALITÉS Mardi soir au Conseil Municipal de Nouméa, nous nous sommes opposés à l’abandon du projet Eco-quartier SAKAMOTO

Mardi soir au Conseil Municipal de Nouméa, nous nous sommes opposés à l’abandon du projet Eco-quartier SAKAMOTO

(Jeudi 24 octobre 2019) Initié en 2012, par l’ancienne mandature, poursuivi et nourri depuis les élections municipales de 2014 par la mairie de Nouméa, ce projet majeur et novateur d’aménagement, conforme à l’agenda 21, prévoyait de construire entre 350 et 400 logements (individuels et collectifs) ainsi que des surfaces commerciales sur un terrain de 27 hectares qui a été libéré de tous les squats dans ce but.

Après des années d’études commandées à la SECAL et à la SIC, des frais engagés pour libérer le terrain et accompagner près de 130 familles en attente de relogement, la réalisation d’un avant-projet sommaire validé par la mairie en 2017, et la réalisation d’un avant-projet définitif aujourd’hui finalisé, et présenté à l’exécutif en avril 2018, la mairie a brutalement décidé à 5 mois des prochaines élections municipales de ne plus soutenir cette opération, sans explications sérieuses ni perspectives concrètes d’un projet de remplacement.

L’abandon de ce projet entraîne plusieurs conséquences :

  • l’annulation de huit milliards de travaux pour le secteur du BTP (bureaux d’études, architectes, entreprises) à horizon 2021,
  • la suppression de près de 400 logements nouveaux pour les nouméens dans le contexte de tension sur le marché du logement et face aux milliers de familles en attente,
  • une opération financière catastrophique avec des études désormais inutilisables, une indemnité à verser aux opérateurs de 151 millions (la décision de modifier et d’arrêter le projet ayant été prise par la mairie) et plusieurs dizaines de millions de frais de gardiennage de la zone pendant des années pour éviter l’installation de squats,
  • au vu des délais inhérents à ce type de projet, la garantie qu’aucune opération d’envergure ne pourra être menée à terme durant la prochaine mandature.

Le groupe Calédonie Ensemble dénonce une décision unilatérale, tardive, financièrement désastreuse et contraire aux intérêts des nouméens comme du secteur du BTP. »

À voir aussi :

Commission des affaires étrangères et des armées ce matin pour l’examen d’une partie du PLF

(14 novembre 2019) Gérard Poadja : “Et séance de QAG cet après midi.” …