Accueil ACTUALITÉS BUDGET OUTRE-MER : UNE ENVELOPPE PRÉSERVÉE ET DES PERSPECTIVES

BUDGET OUTRE-MER : UNE ENVELOPPE PRÉSERVÉE ET DES PERSPECTIVES

(6 novembre 2019) Philippe Dunoyer : “L’Assemblée Nationale a adopté ce matin le budget alloué au ministère des outre-mer pour 2020. Avec environ 300 milliards CFP, l’Etat a maintenu à la hauteur de 2019 le niveau des crédits alloués au soutien des territoires ultramarins en dépit d’une rigueur budgétaire qui a conduit d’autres secteurs à enregistrer des baisses sensibles.

En tant que rapporteur pour avis de la commission des lois sur ce budget, j’ai tenu à saluer l’engagement tenu, pris l’année dernière, de sanctuariser les fonds du ministère et certaines mesures bénéficiant à la Nouvelle-Calédonie comme :

– le recrutement en 2020 de 35 encadrants pour le futur centre SMA de Bourail,
– l’élargissement du prêt de développement outre-mer (PDOM) de l’AFD aux entreprises situées sur les territoires du Pacifique,
– la poursuite du programme « Cadres Avenir »
– ou la prolongation du « fonds vert » qui alloue des prêts à taux zéro ou à taux bonifiés pour les projets ayant un impact en faveur du climat.

De la discussion sur les amendements, on peut retenir deux points positifs et un négatif.

Tout d’abord, le sujet de la continuité territoriale qui a fait l’objet de longs débats. L’ensemble des députés ont réclamé une réforme du dispositif. Pour ma part, j’ai rappelé la nécessité de revoir à la hausse les seuils d’accès au dispositif et les montants de prise en charge, de participer à la desserte intérieure (inter-îles) comme c’est déjà le cas en Guyane ou à Wallis et Futuna ou de développer une continuité entre les territoires ultramarins comme dans leur bassin régional. La ministre Annick GIRARDIN a annoncé qu’elle initierait la création d’un groupe de travail en collaboration avec le ministère des transports sur ce dossier.

Autre point positif, l’engagement de la ministre de travailler avec le ministère de l’enseignement supérieur sur la modification des critères d’attributions des bourses pour études supérieures qui pénalisent surtout les étudiants calédoniens et leurs familles. En prenant l’engagement de rechercher 60 millions de crédits supplémentaires sur la base d’un de mes amendements sur ce point.

Par contre, je déplore ne pas avoir été entendu sur la nécessité d’attribuer plus de moyens à l’IFRECOR qui travaille à la protection des récifs coralliens français et leurs écosystèmes associés alors que le réchauffement climatique, l’acidification des océans et la pollution plastique continuent de faire des ravages sur ces milieux. Mais le combat continue

À voir aussi :

Cérémonie des vœux au Sénat

(12 décembre 2019) Gérard Poadja :”J’étais très heureux hier soir, avec le député Ph…