Accueil ACTUALITÉS SOUTIEN AU FONDS VERT : LES COLLECTIVITÉS DU PACIFIQUE A L’ÉCART DES EFFORTS DE LA FRANCE

SOUTIEN AU FONDS VERT : LES COLLECTIVITÉS DU PACIFIQUE A L’ÉCART DES EFFORTS DE LA FRANCE

(20 novembre 2019) Philippe Dunoyer :”L’examen des derniers articles du projet de loi de finances 2020 m’a offert l’opportunité de pointer du doigt une incohérence flagrante dans la politique conduite par la France en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Dans la droite ligne des constats posés à la COP 21, la France veut maintenir son leadership et se place à la pointe des contributeurs au « fonds vert » qui recueille les financements des États pour accompagner les pays en développement (notamment les états du Pacifique) en la matière. En trois ans, la France a doublé sa contribution pour la porter de 92 milliards CFP annuels à 180 milliards annuels. C’est une excellente chose.

Dans le même temps, le fonds Barnier dédié aux mesures prises sur le territoire nationale est passé de 15 milliards CFP annuels à 22 milliards annuels. C’est également très bien.

Le problème est que la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie Française et Wallis et Futuna ne sont éligibles ni au fonds Barnier ni au fonds vert ! Nous ne bénéficions que d’un équivalent fonds vert qui, dans la même période, lui, est passé de 2,4 milliards annuels à 1,8 milliard.

J’ai tenu à alerter le Gouvernement pour qu’il fasse cesser ce traitement stigmatisant que subissent les collectivités du Pacifique en la matière, et de mettre tous les territoires ultramarins, y compris ceux du Pacifique, à égalité devant la prévention des risques naturels majeurs.

À voir aussi :

L’audition jeudi soir de la ministre de la justice devant la délégation outre-mer de l’Assemblée m’a permis de lui demander des renseignements sur l’accroissement des actes de violences intra familiales et d’enfance en danger dans les Outre-mer et en Nouvelle-Calédonie en particulier

L’audition jeudi soir de la ministre de la justice devant la délégation outre-mer de l’Ass…