Accueil ACTUALITÉS Santa-Backès et leurs supplétifs : les fossoyeurs de la brousse, du service public calédonien et de la jeunesse du pays

Santa-Backès et leurs supplétifs : les fossoyeurs de la brousse, du service public calédonien et de la jeunesse du pays

Le congrès est réuni depuis hier pour examiner le budget primitif 2020 de la Nouvelle-Calédonie. Le « choc de confiance » promis lors de la campagne électorale se traduit par une estimation de croissance économique de 1% pour 2020… Quel choc !

La totalité des amendements au budget ont été déposés par la majorité avenir en confiance/Union Calédonienne et signés par Virginie Ruffenach, présidente du groupe AEC et Pierre-Chanel Tutugoro, Président du groupe de l’UC.

Pour équilibrer les comptes, le gouvernement Santa a donc décidé de s’en prendre à la brousse, au service public et à la jeunesse du pays qui sont devenus des variables d’ajustement budgétaire.

1/ Au service public d’abord.

Tout comme Sonia Backès à la province Sud, le gouvernement Santa vient d’annoncer une baisse de la masse salariale de 5% soit 1 milliard sur 15 milliards… Tout comme Sonia Backès à la province Sud, le gouvernement Santa ne remplacera aucun départ à la retraite, ni ne renouvèlera aucun CDD…

Tout comme Sonia Backès à la province Sud, le gouvernement Santa est incapable de préciser quels postes seront supprimés et quelles sont les conséquences qui en résulteront sur le fonctionnement des directions… et donc pour les administrés.

Ce comportement irresponsable aura des conséquences sur la qualité du service public calédonien, qui rassemble aujourd’hui 2 000 agents partout dans le pays.

2/ À la Brousse ensuite.

La quasi-totalité des réductions de crédits sont opérés sur la brousse : -500 millions pour le fonds d’électrification rurale, -500 millions à l’agence rurale, diminution drastique des crédits alloués à la chambre d’agriculture, au CEN, au GIE NC tourisme, etc… avec le soutien des élus de Brousse et du Nord (!!) de l’avenir en confiance.

Si des efforts budgétaires doivent être effectués, ils doivent être répartis de manière équitable. Visiblement, le gouvernement Santa a fait porter aux populations de l’intérieur, la majeure partie des efforts à consentir.

3/ À la jeunesse du pays enfin.

Les crédits affectés à l’enseignement supérieur et les subventions allouées à l’enseignement scolaire ont baissé de 25%. Quant au projet éducatif calédonien, il a été amputé de la quasi-totalité de ses moyens financiers.

Au moment où l’on doit donner à la jeunesse du pays les moyens de sa réussite, les crédits réservés au secteur éducatif auraient dû être sanctuarisés.

Pour toutes ces raisons, le groupe Calédonie Ensemble a voté CONTRE le budget primitif de la Nouvelle-Calédonie.

À voir aussi :

Réglons les problèmes sanitaires, économiques et sociaux avant de s’engager sur un second tour des municipales

(21 avril 2020) Il nous semble plus urgent de traiter les problèmes sanitaires, économique…